Evincé au dernier moment de la liste de la Côte d’Ivoire pour la CAN 2017, Ousmane Viera Diarrassouba n’a toujours pas digéré cette décision qui ne lui a pas été expliquée. Le défenseur central a aussi taclé le choix du nouveau sélectionneur Marc Wilmots de confier provisoirement le brassard à Serge Aurier.


Ultime recalé avant l’annonce de la liste des 23 pour la CAN 2017, Ousmane Viera Diarrassouba, n’a plus été convoqué avec la Côte d’Ivoire depuis. Et le défenseur central d’Adanaspor a visiblement des choses à dire, lui qui vient de vider son sac sur le plateau de la RTI, s’étonnant des circonstances de son éviction juste avant le départ pour le Gabon en janvier dernier.

« Au regroupement d’Abu Dhabi, il y avait une sorte d’indécision. Nous étions 24 et personne n’avait aucune indication sur qui serait choisi pour ne pas intégrer les 23. Le coach (Michel Dussuyer, ndlr) est arrivé alors dans ma chambre. Il m’a indiqué que je ne faisais pas la CAN. Je lui ai demandé les raisons, il m’a répondu qu’il n’a pas d’explications, qu’il n’a rien à me reprocher, mais c’était juste sa décision« , a raconté l’Eléphant. « Je ne sais pas ce qui s’est passé, vous devriez le demander aux décideurs du destin des autres, le président et le coach. (…) Je ne dis pas qu’ils m’ont écarté, je dis qu’ils ont décidé que je ne fasse plus partie de l’équipe nationale. »

Aurier capitaine, un choix « inconcevable« 

Dans le flou total, la Fédération avait d’abord annoncé que Nicolas Pépé était le malheureux recalé, avant d’indiquer qu’il s’agit en fait de Viera. Cette décision a d’autant plus de mal à passer qu’elle s’est révélée lourde de conséquences pour l’ancien joueur de Cluj. « Ça été difficile pour moi, parce qu’après j’ai perdu ma place en club à cause du fait que j’ai décidé de rejoindre la sélection alors que le club m’avait demandé de renoncer« , a ajouté le joueur de 30 ans, pas davantage satisfait des choix du nouveau sélectionneur Marc Wilmots, notamment concernant le cas du capitanat, à l’origine de tensions dans le vestiaire des Eléphants lors du dernier rassemblement qui a vu Serge Aurier récupérer provisoirement le brassard, désormais tournant.

« Serge Aurier a un fort tempérament. Sur le terrain et sans le vouloir, il a tendance à s’emporter le plus souvent. Il veut tellement bien faire qu’il hausse le ton. Mais un capitaine, ce n’est pas comme ça. Un capitaine c’est un leader. C’est inné, on ne le devient pas« , a affirmé Viera. « Quand Yaya est parti, le brassard est revenu à Gervinho naturellement. Et jusqu’à preuve du contraire, pour moi, le capitaine c’est Gervinho. Quand il y a une décision à prendre dans ce sens, on prend l’avis des cadres de l’équipe. Pour moi, il n’est pas logique d’attribuer le brassard à Serge. Parce que pour moi, Serge, n’est pas un exemple. Il y a d’autres joueurs plus exemplaires que lui. Aurier avec ses déboires ne reflète pas l’image que l’équipe nationale veut véhiculer. Pour moi c’est inconcevable. Parce qu’au-delà du football, il y le respect des aînés. » Le message est passé.