Côte d’Ivoire : le gros coup de gueule de Gradel

Au sortir du match nul obtenu au Felicia d’Abidjan mardi contre l’Afrique du Sud (1-1), Max-Alain Gradel a pesté contre le public ivoirien.

C’est un match nul au goût amer que les hommes de Jean-Louis Gasset ont arraché mardi soir devant leur public du Felicia. Rapidement menés au score, dès la 8e minute, les Éléphants ont longuement vendangé (16e, 27e, 31e, 47e) avant d’égaliser par Sébastien Haller après l’heure de jeu (66e).

Une performance du même acabit que celle éditée face au Maroc trois jours plus tôt (1-1). Car le samedi 14 octobre, dans la même enceinte du Felicia, les pachydermes n’ont pu faire qu’un nul malgré une domination outrancière. De quoi nourrir des inquiétudes à moins de trois mois du lancement de la CAN 2023 sur leur sol.

Gradel vole au secours de Kessié

C’est donc un public frustré et même fort agacé qui a assisté à la fin du match. En atteste cette huée descendue des tribunes à l’encontre de Franck Kessié, coupable d’une grossière perte de balle dans la surface, sur l’action amenant à l’ouverture du score des Sud-Africains.

Une attitude contre laquelle s’est insurgé le vétéran Max-Alain Gradel (35 ans, 104 sélections, 17 buts), dont la sortie de banc a été décisive en vue de l’égalisation. « Je vais être honnête, la note salée c’est qu’il ne faudrait pas siffler un joueur et je le dis à tout le monde. On peut critiquer, on peut tout faire mais il ne faut pas siffler un joueur, parce que quand vous le faites, c’est tout le groupe que vous sifflez. On a besoin de soutien et la CAN, c’est chez nous donc il faut qu’on montre une autre image », a recadré le joueur de Gaziantep au micro de La 3 après la rencontre. « Quand on siffle un joueur, ça donne la force à l’équipe adverse. Il faut encourager parce qu’il y a énormément de jeunes dans cette équipe qui regardent et n’ont pas besoin de cette pression », a-t-il ajouté. A moins de trois mois de la CAN, le message est passé.

Côte d’Ivoire : le gros coup de gueule de Gradel
Prudence Ahanogbe