Recruté par Cincinnati en février dernier, l’international marocain Adrien Regattin connaît une adaptation aux Etats-Unis pour le moins particulière en raison de la pandémie de coronavirus et des tensions générées par la mort de George Floyd, tué par des policiers.

«C’est le bordel partout, tout simplement. (…) Il y a toutes les forces de l’ordre réquisitionnées, c’est incroyable. Franchement, on dirait Grand Theft Auto ! Tu sais, quand tu as les cinq étoiles et que tu es suivi par tous les flics de la ville avec les hélicos et tout. Impressionnant…», a confié le milieu offensif pour So Foot. Le natif de Champigny-sur-Marne n’aura eu besoin que de quelques semaines pour constater les discriminations qui frappent la communauté noire aux Etats-Unis.

«Insupportable, ce qu’il lui est arrivé (à George Floyd)… Paix à son âme. Malheureusement, ce n’est pas la première fois. Ici, il y a vraiment une grande discrimination à l’égard des Blacks», a admis le joueur. «Ce qu’il se passe avec les Afro-Américains représente un débat délicat, on espère tous que cette discrimination s’arrête. Personnellement, je ne l’ai pas ressentie et je n’ai pas été témoin direct d’une mauvaise anecdote. Reste que les Blacks représentent la grande majorité de la communauté de pauvres. Ceux qui font la manche, ce sont les Blacks, et on sent qu’ils sont en partie rejetés par la société. Il y a donc déjà des inégalités à ce niveau-là, et tu peux le voir dès que tu prends ta voiture.» Un constat affligeant…