Le Congo Brazzaville fait machine arrière ! Désigné pays-hôte de la CAN féminine 2020 il y a près d’un an, en septembre 2018, le pays de Thievy Bifouma a fait savoir mercredi qu’il se désiste de l’organisation de la compétition sur décision du gouvernement.

«Le 7 mars 2018, la République du Congo avait donné son accord de principe» sans être «encore en possession du cahier des charges» de la compétition, a écrit le Ministre des Sports et de l’Éducation physique congolais, Hugues Ngouélondélé, dans un courrier adressé à la Confédération africaine de football (CAF). «Aussi, après avoir examiné, après coup, ledit cahier des charges, la République du Congo s’est rendue compte, que dans le contexte des grandes tensions de trésorerie où elle se trouve, elle est dans l’incapacité d’y répondre de façon optimale et rassurante.»

Est-ce que cela signifie que la CAF a décidé d’augmenter le nombre de participants (8 équipes et 2 stades nécessaires à l’heure actuelle) ? Difficile d’en savoir plus pour l’instant. Toujours est-il qu’avec ce retrait, le Congo s’expose à des sanctions. Après la CAN 2019 délocalisée du Cameroun en Egypte puis le CHAN 2020 passé de l’Ethiopie au Cameroun, c’est donc une autre compétition de la CAF qui subit un changement de pays-hôte.

La lettre du ministre des Sports congolais adressée à la CAF