Mahamadou Diarra sera présenté mardi aux supporters du club de ses rêves, le Real de Madrid. Samedi, l’Olympique lyonnais a finalement cédé à sa volonté et à celle de la « Maison blanche », non sans avoir conclu un transfert de 28 millions d’euros. Le nouvel entraîneur madrilène, l’Italien Fabio Capello, avait fait de l’ex pensionnaire du CSK de Bamako, passé par Crète et les Pays-Bas, avant d’exploser en France, son principal objectif.


« Président, vous n’aurez pas à le regretter ». C’est ce que Mahamadou Diarra a déclaré au président de son nouveau club, le Real de Madrid, par téléphone, après que son transfert depuis l’Olympique lyonnais ait été confirmé, rapporte le quotidien sportif madrilène As. L’international malien, qui lui aura coûté entre 26 et 28 millions d’euros, pourra dès dimanche lui en apporter la preuve puisqu’il sera sur la feuille de match de la « Maison Blanche », pour affronter Villareal, lors du premier match de la saison de la Liga (première division espagnole). Il doit auparavant passer sa visite médicale, lundi, avant d’être présenté aux socios mardi, à midi, dans le salon d’honneur du stade Santiago Bernabeu.

Comme en 2005-2006, avec le Ghanéen Michael Essien parti pour Chelsea, c’est de Lyon et d’un joueur africain qu’est venue la sensation des transferts dans le championnat français. Comme en 2005-2006, le club rhodanien a laissé l’une de ses pièces maîtresses aller renforcer l’un de ses concurrents directs dans la course à la Ligue européenne des Champions. Dès samedi, le président madrilène, Ramón Calderón, s’est empressé d’indiquer sur le site de son club que « le deal » a été conclu « pour une somme considérablement inférieure (35 millions) à celle qu’exigeait Lyon ».

« L’homme le plus heureux au monde »

« Je suis l’homme le plus heureux au monde. C’est un rêve pour moi de jouer pour le Real Madrid et il va bientôt devenir réalité », a déclaré Mahamadou Diarra. Le nouvel entraîneur merengue, l’Italien Fabio Capello, avait fait du milieu de terrain, également convoité par Manchester United et le Milan AC, l’une de ses recrues prioritaires. « Emerson (autre nouvel élément madrilène) et Diarra (…) sont deux pièces indispensables et vont nous aider à stabiliser notre milieu de terrain », a-t-il déclaré sur une chaîne privée espagnole, insistant sur le jeune âge (25 ans) du Malien. Durant la période « Galactique » du Real Madrid, de nombreux observateurs ont reproché au président Florentino Perez d’axer le recrutement du club sur les stars offensives en négligeant l’aspect défensif. Ce que l’expérimenté technicien italien a commencé à rectifier dès son arrivée, début juillet, en ramenant dans ses bagages son compatriote Fabio Cannavaro, l’un des meilleurs défenseurs de la planète.

Mahamadou Diarra a vu sa carrière exploser en 2002, lorsqu’il a rejoint l’Olympique lyonnais, au moment où le club rhodanien commençait à dominer sans partage la Ligue 1 française. Il a gagné avec lui quatre titres de champion de France. Cette même année 2002, Mahamadou Diarra a été élu meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des Nations que son pays organisait. Avec Michael Essien et Juninho Pernambucano, il a formé l’un des meilleurs milieux de terrain européen, sans néanmoins jamais parvenir à hisser Lyon plus haut que les quarts de finale de la Ligue des Champions. Ce qui ne l’a pas empêché de se mettre en avant par son impressionnant rendement et sa participation au jeu (il est souvent le joueur qui touche le plus de ballons).

Avant de faire éclater son talent en France, l’ancien pensionnaire du CSK Bamako est passé par l’OFI Crète, en 1998-99, avant de s’installer trois saisons aux Pays-Bas avec le Vitesse Arnhem de Ronald Koeman. Dans son édition de lundi, le quotidien malien L’Essor rappelle que c’est l’actuel président d’honneur du Real Madrid, l’Argentin naturalisé espagnol Alfredo Di Stefano, qui avait fait venir le flamboyant Salif Keïta au FC Valence en 1973. Souhaitons lui la même réussite.