Vahid Halilhodzic

Une lourde défaite en amical face aux Etats-Unis (3-0), un succès arraché mais mérité contre l’Afrique du Sud (2-1) puis une pale victoire face au Liberia (2-0) avec une équipe remaniée lundi dans les éliminatoires de la CAN 2023 : le Maroc vient de boucler un mois de juin pas des plus rassurants en vue de la Coupe du monde 2022. Après la rencontre, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Vahid Halilhodzic, a répondu aux critiques.

«Ce stage a été le plus compliqué. On a eu tellement de problèmes : maladies et surtout pour la première fois autant de blessures. 16 joueurs blessés et même aujourd’hui un joueur qui a été opéré en urgence. C’est le stage le plus difficile que j’ai vécu avec l’équipe du Maroc», a d’abord mis en avant le technicien au micro d’Arryadia en cette fin de saison éreintante.

«Nous ne sommes pas favoris du groupe»

«Paraît-il qu’on a été beaucoup critiqués après le match contre les Etats-Unis. Moi, il m’a bien servi pour montrer aux garçons que, si on n’est pas prêts pour jouer un match de ce niveau, on prend une belle gifle. Pour moi, c’était très positif. En comparaison, on a couru 18 km de plus contre l’Afrique du Sud que contre les Etats-Unis ! Ça montre qu’on n’était ni compétitif ni physiquement en forme et on a payé ça avec une lourde défaite», a ajouté le Franco-Bosnien, avant de rappeler la lourde tâche qui attend les Lions de l’Atlas, opposés à la Belgique, à la Croatie et au Canada dans le groupe F de la Coupe du monde.

«Je ne sais pas ce qu'attend le public. Nous ne sommes pas favoris du groupe qui est vraisemblablement le plus dur de ce tournoi. On joue contre les vice-champions du monde, l’équipe qui a terminé troisième et la meilleure équipe d’Amérique du Nord. Ça sera une Coupe du monde avec beaucoup de tests pour nous, pour voir est-ce qu’on est capable de faire un exploit contre une équipe de très haut niveau», a conclu l’ancien coach du PSG, en assurant malgré tout garder «beaucoup d’optimisme».