Placé dans le groupe E des éliminatoires du Mondial 2022 avec le Mali, l’Ouganda et le Rwanda, le Kenya va-t-il pouvoir prendre part aux qualifications ? Rien n’est moins sûr puisque les Harambee Stars risquent l’exclusion au cours des prochaines heures !

En effet, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) avait donné raison en octobre dernier à l’ancien sélectionneur Adel Amrouche, qui réclamait un million de dollars suite à son limogeage en 2014. La Fédération kényane (FKF) doit s’acquitter de ce montant d’ici à vendredi. Ce qu’elle ne sera pas capable de faire. Or, la FIFA a été claire : en l’absence de paiement dans les délais, Victor Wanyama et ses coéquipiers seront exclus des éliminatoires.

Seul espoir : un geste d’Amrouche

Le président de la FKF, Nick Mwendwa, semble résigné. «Ce n’est pas la fin du monde d’être exclu des qualifications pour la Coupe du monde de 2022. Nous n’avons pas d’argent et avec la situation provoquée par le Covid-19, nous avons des joueurs qui sont coincés en ce moment et qui n’ont pas reçu de salaire. Le gouvernement a fait la sourde oreille – ce qui est compréhensible car il y a une crise», a expliqué le dirigeant à la BBC.

Seul espoir pour les Kényans : qu’Amrouche, actuel sélectionneur du Botswana, accepte un délai de paiement. Problème : l’Algérien n’est pas du tout sur cette longueur d’ondes. «Un accord sur la prolongation entraînerait la clôture de la procédure disciplinaire sans que le paiement soit garanti», s’est justifié le technicien. Le Kenya peut donc trembler…