Un an après son humiliante sortie de route contre les Emiratis d’Al-Aïn (0-3), l’Espérance Tunis aborde le Mondial des clubs avec l’ambition évidente d’aller plus loin cette année. Pour y parvenir, la première étape a lieu ce samedi avec le quart de finale qui opposera le double champion d’Afrique en titre au vainqueur de la Ligue des champions asiatique, Al Hilal (coup d’envoi à 14h GMT, soit 15h en France). Ce match aura lieu à Doha au Qatar.

Sur le papier, malgré la présence de joueurs comme Bafétimbi Gomis, Sebastian Giovinco, André Carrillo ou encore Carlos Eduardo côté saoudien, l’EST aura un coup à jouer. Au cours des derniers mois, les Sang et Or ont certes perdu des joueurs importants comme l’Algérien Youssef Belaili (Al Ahli), le Camerounais Franck Kom (Al Rayyan), et les internationaux tunisiens Ghailane Chaalali (Malatyaspor) et Ayman Ben Mohamed (Le Havre), mais les nouveaux venus ont donné satisfaction comme en attestent les 2 victoires en 2 journées en phase de groupes de la Ligue des champions et l’excellente entame en championnat (5 victoires, 1 nul).

Une mauvaise série africaine à briser

Charge aux hommes de Mouine Chaabani de surpasser la barrière psychologique qui a frappé les clubs africains ces dernières années pour devenir la première équipe du continent à se hisser en demi-finale depuis le Raja Casablanca en 2013.

«(L’an passé) Nous avons commis l’erreur de trop penser à la demi-finale. Cette fois, nous nous concentrerons sur notre première sortie qui sera extrêmement difficile. Au Qatar, notre priorité sera de battre Al Hilal, et nous ne nous tournerons vers les autres matchs qu’après. Nous voulons que les choses changent cette année», a résumé l’attaquant de l’EST, Taha Yassine Khenissi, sur le site de la FIFA. Pour l’Afrique, il serait temps en effet de remettre les pendules à l’heure !

La compo probable de l’EST : Ben Cherifia – Derbali, Yaâkoubi, Badrane, Chetti – Bonsu, Coulibaly, Benguit – Badri, Ouattara, El Houni.