Président de l’Olympique de Marseille entre 2005 et 2009, Pape Diouf est décédé mardi à l’âge de 68 ans pour cause de coronavirus. Très apprécié du public phocéen, le Franco-Sénégalais aura droit à un hommage à la hauteur de son immense popularité à Marseille. Ce ne sera pas pour tout de suite évidemment en raison de l’arrêt de la Ligue 1 et des interdictions de rassemblement en France, mais l’actuel président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud, promet que ce n’est que partie remise.

«Le club lui rendra l’hommage qu’il mérite le moment venu, même si dans cette période on ne peut pas faire tout ce qu’on voudrait, comme pour Michel Hidalgo», a souligné le dirigeant dans les colonnes de La Provence. «Je ressens beaucoup de tristesse. Je ne le connaissais pas, mais j’avais beaucoup entendu parler de lui, beaucoup lu à son sujet également. C’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’on a raté quelque chose. Je me suis fait mon opinion sur lui et son parcours. Pape Diouf, c’était un physique, une prestance, un charisme. Je l’ai souvent entendu parler, c’était aussi une culture, une plume, une maîtrise de la langue française. Au-delà du sport, il avait une personnalité très particulière dont je comprends qu’elle ait pu susciter autant d’adhésion.»

Pape Diouf va manquer à beaucoup de monde, à Marseille mais pas seulement.