QPR : La mise au point de Taarabt

Invité sur les ondes de RMC dans le cadre de l'émission “Luis Attaque”, Adel Taarabt est revenu sur sa saison actuelle avec les Queens Park Rangers en Premier League, mais aussi sur son été 2011 agité. De son transfert avorté au Paris Saint-Germain à ses relations tendues avec le sélectionneur du Maroc, Eric Gerets, le milieu de terrain a tenu à rétablir certaines vérités. Du moins, les siennes.


Auteur de son premier but cette saison en Premier League face à Arsenal, samedi pour le compte de la 30e journée du championnat anglais, Adel Taarabt a enfin pu faire taire ses détracteurs qui raillaient son mutisme devant le but. Buteur à 19 reprises la saison dernière en Championship, le milieu de terrain de QPR a longtemps rongé son frein au cours de l'exercice actuel. Déchu de son brassard de capitaine et souvent relégué sur le banc de touche, le Marocain en avait gros sur le cœur depuis quelques mois. Car en plus de sa situation en club, il n'a cessé de ressasser son transfert avorté au Paris Saint-Germain et ses relations plus que tendues en sélection marocaine avec Eric Gerets.

Alors, lorsque l'occasion lui a été donnée de s'exprimer sur les ondes de RMC, le Lion de l'Atlas n'a pas hésité à revenir sur les évènements qui se sont produits ces derniers mois, et ne s'est pas privé pour égratigner au passage Leonardo, le directeur sportif du PSG, et son sélectionneur nationale. Il faut dire que Taarabt n'est pas connu pour avoir sa langue dans sa poche et fait plus parler de lui pour son tempérament jugé sanguin. Un trait de caractère qui lui aurait valu son transfert avorté au PSG à l'été 2011. C'est du moins ce qu'avance l'international marocain, qui juge Leonardo coupable de l'échec de son transfert vers le club de la capitale.

Si Gerets m'appelle, je ne pense pas que j'irais

Avec Paris, c’était fait. J’étais déjà sur Paris, j’avais rencontré les Qataris, tout était fait. Et puis l’arrivée de Leonardo a bloqué les choses, ça m’a fait du mal car ma tête était déjà à Paris. Je ne lui en veux pas, mais quand les Qataris m’ont parlé, Leonardo n’était même pas encore au club. J’ai été contacté avant que tous les joueurs arrivent. Leonardo m’a parlé au téléphone pour me demander si je voulais venir, je lui ait dit que oui. Mais quand tu vois qu’il ne me fait pas signer pour 1 ou 2 M€ et qu’il en met 42 après pour Pastore… Les Qataris me voulaient, ils lui avaient dit que le prix c'était 12 M€, mais lui ne me connaissait pas du tout. Je voyais qu’il avait d’autres priorités. Il a fait une offre de 8 M€ et c’est tombé à l’eau“, a expliqué Taarabt, qui avoue être désormais “passé à autre chose.

Et si la cicatrice du PSG semble enfin refermée, il en est une autre qui reste pour le moment ouverte : celle de la sélection marocaine. Pris en grippe par une partie des supporters des Lions de l'Atlas pour avoir quitté un rassemblement des Lions de l'Atlas après avoir appris qu'il ne serait pas titulaire, le meneur de jeu entretien depuis cet évènement des relations conflictuelles avec le sélectionneur Eric Gerets. “J'ai un coach avec lequel je ne m'entends pas très bien. Je ne lui demande pas d'être mon ami, mais juste de me faire jouer si je mérite de jouer“, a d'abord avancé le Hoops avant d’asséner : “Je donne toujours le maximum. Après, que les gens viennent dire après la CAN que le problème c'était Taarabt, c'est inadmissible. Si je rejoue pour le Maroc, c'est juste pour l'amour du maillot et les supporters. Je ne me pose même la question de savoir si je vais rejouer pour le Maroc tant qu'il y a Gerets. S'il m'appelle, je ne pense pas que j'irais…” Au moins, les choses sont désormais claires.

Avatar photo
Mansour Loum