Meilleur joueur du CHAN 2016 et considéré comme l’un des plus grands espoirs du football congolais, Meschack Elia fait malheureusement surtout parler de lui en dehors des terrains ces derniers mois. En raison de l’épisode de son transfert avorté à Anderlecht, de sa fuite en Suisse puis de sa signature aux Young Boys de Berne, l’ailier fait déjà l’objet d’une plainte devant la FIFA de la part de son ex-club, le TP Mazembe. Et une nouvelle affaire le concernant vient d’éclater…

D’après le journal belge La Dernière Heure, l’international congolais, officiellement né le 6 août 1997 et donc âgé de 22 ans, aurait menti sur son âge ! Cette affaire trouve son origine dans la position du TPM, qui conteste la date de naissance du joueur et affirme qu’il est né un an plus tôt, en 1996. Les Corbeaux de Lubumbashi entendent ainsi prouver qu’Elia était bel et bien majeur lorsqu’il a signé un contrat de 3 ans en 2014 (ce qui aurait été illégal s’il avait été mineur). L’enjeu est de taille pour Mazembe puisqu’il influe sur le montant des indemnités auxquelles le cas aura droit.

Elia riposte !

Enquêtant sur cette affaire, le journal belge est tombé sur la supposée première licence du joueur. Et c’est là où le bât blesse puisqu’Elia serait, selon ce document, né le 6 août 1992, et aurait donc 27 ans à l’heure actuelle ! En attendant de savoir si ce document est fiable ou diffusé par des personnes mal intentionnées (Elia a désormais beaucoup d’ennemis), le joueur a riposté via un communiqué.

«Le joueur précise que tous les documents officiels issus par l’Etat congolais qui le concernent font bien état du fait qu’il est né en 1997. M. Elia Meschack s’étonne par ailleurs que sa bonne foi puisse être mise en doute sur la simple assertion qu’un club congolais, qui a disparu depuis, l’aurait fait jouer en modifiant sa date de naissance voici plus de 10 ans», a répliqué le Léopard. En cas de fraude avérée, la FIFA pourrait suspendre Elia pour quatre à six mois, tandis que son club de Berne pourrait écoper d’une interdiction de recrutement de deux ans.

La licence à charge contre Elia

Image