Le cas Joël Kiassumbua cristallise les tensions ces derniers jours en RD Congo. En effet, cela fait un an maintenant que le gardien des Léopards se retrouve au chômage et sans club. Pourtant, le portier continue d’être appelé et titularisé en sélection, avec des performances mitigées à la clé. Cette situation a valu au natif de Lucerne de nombreuses moqueries sur les réseaux sociaux dont une plus ou moins sérieuse prétendant qu’il gagnerait désormais sa vie en travaillant dans une boulangerie en Suisse, son pays natal où il a effectué toute sa carrière…

Blessé par cette rumeur, le dernier rempart a haussé le ton dimanche soir sur Instagram. «Depuis bientôt 2 mois, des personnes malveillantes soutiennent sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels que je travaille dans une boulangerie en Suisse. Ces propos portent une grave atteinte à la crédibilité de ma carrière ainsi qu'à celle de mon équipe nationale, les Léopards», a d’abord dénoncé Kiassumbua. «Ainsi, je tiens à rappeler à tous que, depuis mon enfance jusqu'aujourd'hui, je n'ai jamais exercé un métier autre que celui du football. Par conséquent, je mets en garde les auteurs de ces propos diffamatoires. En cas de récidive, je me réserve le droit de porter plainte afin de donner une suite légale à cette affaire et faire valoir mes droits.»

Il y a quelques jours, l’entraîneur des gardiens de la RDC, Robert Kidiaba, a révélé qu’il n’avait pas souhaité faire appel à Kiassumbua pour les deux premières journées des éliminatoires de la CAN 2023 en raison de sa situation en club. Mais le sélectionneur Hector Cuper, entretemps limogé, n’avait pas pris en compte son avis, décidant non seulement de convoquer le portier mais aussi de le titulariser contre le Gabon (0-1) et le Soudan (1-2).

Le coup de gueule de Kiassumbua sur Instagram

fvrviwbwiaab9wb