Roger Milla
Roger Milla

Les internautes ont fait de Roger Milla le meilleur footballeur africain de ces cinquante dernières années. L'attaquant camerounais devance les Egyptiens Mahmoud el-Khatib et Hassan Hossam dans un concours organisé par la Confédération africaine de football, à l’occasion de son cinquantenaire.


Et les internautes ont choisi… Roger Milla ! L’ex international camerounais a été élu dimanche meilleur footballeur africain des cinquante dernières années lors d’un concours organisé par la Confédération africaine de football (Caf), qui fête son cinquantenaire. L’organisme a sélectionné début novembre 200 footballeurs pour lesquels les internautes étaient invités à voter. Le cas échéant, il leur était même permis d’ajouter des noms : sur 53 Etats africains, seuls 26 étaient représentés… Des fans camerounais avaient également protesté, craignant que le titre de footballeur africain du siècle, décerné en 2002 à Roger Milla par la Fifa, ne soit remis en cause. Il a au contraire été conforté.

Parmi les 40 000 votants, 2246 lui ont apporté leur suffrage, indique le site internet de la Caf. En revanche, celui-ci n’évoque plus le système de coefficient prévu à l’origine afin que tous les joueurs aient leurs chances, même les plus anciens. Le « Vieux sorcier » camerounais est sans doute celui dont la carrière, de 1970 à 1994, couvre le mieux la période concernée par le vote des internautes. En sept ans de carrière au Cameroun, Milla a remporté un championnat national (1972) avec les Léopards de Douala (1970-1974) et une Coupe d’Afrique des vainqueurs de Coupe (1976) avec le Tonnerre de Yaoundé (1974-1977). En 1976, il est sacré meilleur footballeur africain par la Caf et se fait connaître en Europe.

Le makossa du poteau de corner

Des douze années qu’il a passées en France, à Valenciennes (1977-79), Monaco (1979-80), Bastia (1980-84), Saint-Étienne (1984-86) et Montpellier (1986-89), les sept premières ont été bien difficiles. Roger Milla est peu utilisé ou blessé. Mais lorsque les Verts font appel à lui en 1984 pour les aider à remonter de la seconde à la première division, l’attaquant se réveille et marque but sur but. Quand il met fin à sa carrière à l’issue de la saison 1988-1989, son compteur affiche 152 buts en France. Il croit pouvoir goûter au repos après ses jubilés, qui attirent plus de 100 000 personnes à Yaoundé et Douala, mais alors qu’il s’amuse en Division d’Honneur à la Saint-Pierroise, sur l’Ile de la Réunion, la patrie le rappelle en 1990 pour participer à la Coupe du monde en Italie.

Pour beaucoup, Roger Milla est né cette année là, à 38 ans. Il y inscrit quatre buts contre la Roumanie et la Colombie, qu’il conclut à chaque fois par un makossa (danse) autour du poteau de corner. L’image a fait le tour du monde. Avec sa technique mais surtout sa fougue et son envie, le Vieux sorcier tire son équipe jusqu’aux quarts de finale. Le Cameroun ne s’incline face à l’Angleterre qu’à l’issue des prolongations. C’est à cette même fougue que la Fédération camerounaise fait de nouveau appel en 1994, lors du Mondial américain, sans miracle cette fois-ci.

El-Khatib, l’homme d’El Ahly

Les Egyptiens ont-ils été particulièrement sensibilisés au concours de la Caf ? Roger Milla est immédiatement suivi au classement par les Pharaons Mahmoud el-Khatib et Hassam Hossam, deux autres monuments du football africain. Moins connu en Europe que son tumultueux partenaire en sélection, el-Khatib est vénéré par les supporters d’Al Ahly du Caire, où il a effectué toute sa carrière. Il a fait ses débuts avec le club de la capitale le 13 octobre 1972, contre Plastic Club, en entrant en jeu à la mi-temps. Alors tenu en échec, Al Ahly remporte finalement le match 3-0 avec trois réalisations d’el-Khatib. Suivront 265 matchs, 108 buts en championnat et 37 en coupes d’Afrique. C’est le seul footballeur égyptien a avoir été nommé, en 1983, meilleur footballeur africain.

Hassan Hossam a remporté l’essentiel de ses titres en club et en sélection (Coupe d’Afrique des Nations 1986) avec el-Khatib. Le bouillonnant attaquant s’était décidé en 2004 à mettre sa carrière internationale en sourdine après un différend avec l’entraîneur des Pharaons. Mais comme Roger Milla, le capitaine grognon a été rappelé au dernier moment pour aider ses coéquipiers à conquérir la Can 2006, organisée en Egypte. Ce qu’il a fait.

Il est le seul joueur du trio de tête à être en exercice. Après être passé par l’ennemi viscéral d’Al Ahly, le Zamalek, puis Al Masry, il joue actuellement à Al Tersana. Mais a 40 ans, difficile de le comparer aux Eto’o et Drogba qui concourraient également. Le premier se classe à la quatrième place et le second à la septième. Le premier footballeur maghrébin, l’Algérien Rabah Madjer, apparaît à la neuvième position. Sans surprise, le classement fait la part belle aux attaquants.

1- Roger MILLA (Cameroun) 2246 votes

2- Mahmoud EL KHATIB (Egypte) 2165

3- Hossam HASSAN (Egypte) 2011

4- Samuel Eto’o (Cameroun) 1840

5- Abedi PELE (Ghana) 1783

6- Georges WEAH (Liberia) 1604

7- Didier Drogba (Côte D’Ivoire ) 1467

8- Nwankwo Kanu (Nigeria) 1209

9- Rabeh MADJER (Algérie) 1176

10- Kalusha BWALYA (Zambie) 1073

11- Michael Essien (Ghana) 996

12- Austin Okocha (Nigeria) 921

13- Saleh Selim (Egypte) 850

14- Lahcène Lalmas (Algerie) 791

15- Bennedict Mc Carthey (Afrique du Sud) 782

16- El Hadj Diouf (Sénégal) 711

17- Noureddine Naybet(Maroc) 692

18- Rashidi Yakini (Nigeria) 649

19- Hany Ramzy (Egypte) 608

20- Hassan Shehata (Egypte) 605

21- Lucas Radebe(Afrique du Sud) 557

22- Tarek Diab (Tunisie) 541

23- Mohamed El Timoumi (Maroc) 539

24- Anthony Yeboah (Ghana) 511

25- Salif Keita (Mali) 476

26- Karim Abdel Razak (Ghana) 430

27- Samel Osei Kuffour (Ghana) 368

28- Lakhdar Beloumi (Algerie) 305

29- Rigobert Song (Cameroun) 283

30- Nasr Eldeen (JAKSA) Abbas (Soudan) 202

Lire aussi :

Qui est le meilleur footballeur africain ?

Portraits de grands footballeurs africains :

Milla à l’Onusida

Hassan Hossam, le doyen du foot africain revient pour la Can

Salif Keïta, la panthère noire du football

Rachid Mekloufi, footballeur révolutionnaire

Eusebio, légende de Benfica

Ben Barek, la Perle noire