Sénégal : de la CAN des quartiers à la “vraie”, Mory Diaw n’en revient pas !

Le gardien de Clermont, Mory Diaw, se prépare à disputer sa toute première Coupe d'Afrique des Nations dans quelques jours, une réalité qui le laisse encore incrédule.

Au cours des derniers mois, Mory Diaw (30 ans) n'a cessé de confirmer les espoirs placés en lui. En septembre dernier, il a livré une prestation remarquable (0-0) face à des attaquants tels qu'Ousmane Dembélé, Mbappé, Kolo Muani et Ramos du Paris Saint-Germain. « Quand il (Mory Diaw) nous sort des matches comme ça, on sait qu'il ne peut pas nous arriver grand-chose. Il a fait le job comme il sait le faire », avait souligné le capitaine de Clermont, Johan Gastien.

“ Je peux participer à la vraie CAN…”

Arrivé en Auvergne il y a un peu plus d'un an, Mory Diaw suscitait initialement des doutes quant à sa capacité à s'imposer dans le championnat français. Originaire de Poissy, il revenait dans l’Hexagone sept ans après son départ de son club formateur, le PSG. Il avait également évolué en deuxième division portugaise (CD Mafra), en première division bulgare (Lokomotiv Plodiv) et même en quatrième division suisse (United Zurich).

Aujourd'hui, Mory Diaw est plus que jamais en forme et a intégré l'équipe nationale du Sénégal en septembre 2022. Sélectionné par Aliou Cissé pour représenter les couleurs du Sénégal lors de la prestigieuse compétition continentale, le gardien ne cache pas son enthousiasme face au chemin parcouru, même si une simple place de remplaçant derrière Edouard Mendy l'attend a priori. « Il y a beaucoup d'excitation à l'idée de jouer ma première CAN (…) Il y a encore deux, trois ans, je disputais la CAN des quartiers en Île-de-France. Aujourd'hui, je peux participer à la vraie CAN. Je suis très heureux », a-t-il savouré dans une vidéo diffusée par sa Fédération.

Les Lions de entrent en lice le 15 janvier prochain contre la Gambie en phase de poule. Ils affronteront ensuite le Cameroun et la Guinée.

Nathacio de Souza

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.