Algérie : Mandréa donne les raisons du fiasco à la CAN

L'équipe nationale d'Algérie, initialement considérée comme l'une des favorites au début de la Coupe d'Afrique des Nations 2023, a été confrontée à une désillusion majeure en étant éliminée dès la phase de poules. Anthony Mandréa, gardien de but des Verts, a partagé ses réflexions sur cette expérience.

Dans un groupe comprenant la Mauritanie, le Burkina Faso et l'Angola, l'Algérie n'a réussi qu'à obtenir deux matchs nuls et une défaite contre la Mauritanie, scellant ainsi son sort pour la compétition. Pour Mandréa, bien que cette expérience ait été enrichissante, il est crucial de tourner rapidement la page pour avancer.

Cela a été mouvementé. Malgré tout, j’ai vécu une très belle expérience à la CAN. C’était un très beau moment, j’ai appris beaucoup de choses en allant là-bas et en jouant cette compétition. Malheureusement, on est rentré plus tôt que prévu. Dans ces moments-là, il faut essayer de switcher rapidement et de revenir à la réalité. La réalité, c’est mon club aujourd’hui. C’est cette marche en avant qu’on doit effectuer pour aller accrocher quelque chose“, a souligné le gardien du SM Caen en Ligue 2 dans une interview accordée au quotidien Ouest-France.

Il a ensuite analysé ce qui aurait pu être amélioré durant la compétition. “On a très rarement été mis en danger. Il aurait fallu qu’on soit plus décisifs dans les deux surfaces de réparation. À chaque fois, on a encaissé un but sur la seule occasion de l’adversaire. Derrière, on sait que si on prend le but en premier, les adversaires vont se mettre en bloc bas et qu’on va souffrir tout le match en essayant d’aller marquer un but“, a-t-il mis en avant.

“Le licenciement de Belmadi fait mal”

En outre, Mandréa a exprimé sa déception quant au limogeage du sélectionneur Djamel Belmadi, juste après l'élimination. “Le licenciement de Belmadi fait mal. Djamel et l’entraîneur des gardiens m’ont ouvert les portes de la sélection. Des liens fraternels se sont créés entre nous. Pour moi, ce sera la première fois, si je suis sélectionné le mois prochain, que je vais connaître un nouveau sélectionneur, une nouvelle façon de travailler en sélection. Il y a du flou à venir“, a admis le dernier rempart de 27 ans.

Il convient de rappeler que la Fédération Algérienne de Football (FAF) est actuellement à la recherche d'un nouveau sélectionneur pour diriger l'équipe nationale. Le Suisse Vladimir Petkovic est considéré comme le favori mais les deux parties peinent depuis plusieurs jours à parvenir à un accord sur les derniers détails du contrat.

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.