A l’inverse d’un Laurent Koscielny, absent sur blessure pour le Mondial 2018 et qui avait confié avoir parfois souhaité par amertume que les Bleus perdent, Saphir Taïder reste beau joueur. Non retenu par le sélectionneur Djamel Belmadi pour la CAN 2019 après avoir pris part aux qualifications, le milieu de terrain de l’Impact Montréal assure avoir vibré pour l’Algérie tout au long de son parcours victorieux en Egypte.

«C’est vrai que quand ils ont soulevé la Coupe, c’était émouvant. J’ai pensé à eux ainsi qu’à la fierté et la joie qu’ils pouvaient avoir. Sachant que je les connais très bien, j’étais super content pour eux. Et derrière eux, il y avait tout un peuple et tout un pays. Ma famille était notamment très contente. Avant d’être joueurs, on est algériens», a assuré l’ancien Intériste pour le site DZfoot. «Bien sûr que j’aurais aimé la soulever avec eux. Après, c’est comme ça. C’est Dieu qui donne, il faut l’accepter. Il y a des choses qui arrivent avec vous, et d’autres sans vous. L’important c’est de garder la tête haute et pouvoir avoir cette chance-là un jour.»

Le natif de Castres assure respecter les choix de Belmadi, en visant un éventuel retour. «C’est vrai que j’ai participé à toutes les sélections pour les qualifications de la Coupe d’Afrique pour ensuite ne pas être retenu par le sélectionneur. Non, je n’ai pas eu d’appel de sa part, ni d’explications. Après vous savez dans le football, il y a des choix, il faut respecter ces choix-là, donc c’est un choix que je respecte. (…) J’aurais bien sûr aimé jouer cette Coupe d’Afrique mais il y’en aura d’autres. Je n’ai que 27 ans, je bosse fort tous les jours pour montrer au sélectionneur que je peux faire partie de son groupe», a positivé le Fennec.