Réélu ce dimanche à la tête de la CAF pour un nouveau mandat de 4 ans, Issa Hayatou a tenu à rappeler dans son discours d’investiture que l’instance ne peut accepter l’immixtion du pouvoir politique dans la direction des associations nationales. « Voyez-vous les hommes politiques sont nos adversaires quand ils veulent décider à la place de nos associations nationales et décider ce qui est bien ou mal pour le football. Ils sont nos amis le reste du temps. Sans l’argent de nos Etats, il n’y aurait pas de football en Afrique, sinon dans quelques pays. Pas de compétitions, pas de CAN« , a expliqué le président, avant de poursuivre : « Les Etats font des sacrifices pour subventionner le football, les équipes, leurs déplacements de plus en plus onéreux. De l’extérieur on ne comprend pas toujours la situation qui est la nôtre. Moi je veux adresser un grand merci à tous ces responsables politiques qui nous ont aidé et nous aident au quotidien.«