Le Cameroun plutôt que coéquipier d’Haaland, le choix osé de Faris Moumbagna

Faris Moumbagna (23 ans), convoqué pour la première fois avec les Lions Indomptables du Cameroun, pourrait être aligné d’entrée ce vendredi contre l’île Maurice (20h), à l’occasion de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2026. Retour sur le parcours pour le moins atypique mais ô combien riche du Camerounais le plus décisif des championnats étranger. 

Sa carrière est digne d’un roman. Faris Moumbagna aurait pu représenter la sélection norvégienne aux côtés d’un certain Erling Harland – ce qui n’aurait finalement été que la suite pas si illogique d’une carrière non-conventionnelle – mais il va finalement bien endosser le maillot des Lions Indomptables, son pays de naissance. Rigobert Song, qui n’a pas pléthore de choix devant suite au forfait de Vincent Aboubakar et à la non-sélection de Choupo Moting, pourrait donc le lancer d’entrée dans le grand bain ce vendredi à Douala, plutôt que Franck Magri (Toulouse), qui a fait ses débuts le mois dernier, et le local Léonel Christian Ateba (24 ans), récemment appelé en renfort. Une première titularisation dès la première cape n’est pas ce qu’il y a de plus courant, surtout lorsqu'il s'agit d'une compétition officielle et non d'une rencontre amicale – mais vous l’avez compris : Faris Moumbagna ne fait rien comme les autres.

Un parcours atypique

S’il est aujourd’hui un buteur très respecté avec son club de Bodø/Glimt (15 en 26 matchs de championnat cette saison), avec lequel il vient d’être champion de Norvège, Faris a d’abord roulé sa bosse dans le championnat universitaire américain, jouant pour la Montverde Academy puis pour l'équipe B de l'Union de Philadelphie. Ce n’est qu’au printemps 2020 qu’il découvre la Norvège, avec le club de Kristiansund (D1). L’expérience n'est pas forcément un échec (49 apparitions, 9 buts), mais le colosse d’1 mètre 85 ne montre que des brides de son talent.

Entre janvier et juin 2022, il est même prêté à SönderjyskE, un club de la première division danoise, histoire de s’aguerrir encore davantage à la rudesse du football nordique. L’expérience est décevante (12 matchs, aucun but) mais, qu’importe, le natif de Yaoundé, éphémère international camerounais U20 en 2017 (3 capes), trouvera son salut ailleurs. C’est avec Bodø/Glimt, son club actuel qu'il a rejoint en janvier dernier, que sa carrière décollera véritablement.

Bientôt en Ligue 1 ?

Non seulement Faris marque régulièrement, mais son jeu puissant et son énergie incessante font de lui un attaquant complet. Bref, un vrai poison pour ses adversaires. Les Lions Indomptables peuvent aujourd’hui se réjouir de l'avoir dans leurs rangs, même si son association avec Haaland était franchement aussi improbable qu’enthousiasmante sur le papier.

Si son talent ne profitera pas à la sélection scandinave, il pourrait bien prochainement faire le bonheur du LOSC (Ligue 1). Les Dogues, qui occupent actuellement la 4ème place de l'élite du football français, auraient en effet jeté leur dévolu sur le gaillard, au point d'en faire leur priorité pour le prochain mercato hivernal. Des pourparlers seraient même en cours. Sous contrat avec Bodø/Glimt jusqu'à fin 2026, Moumbagna est évalué à 4,5 millions d’euros par le site spécialisé Transfermarkt.

Devenir une star dans le championnat norvégien et attirer l’attention de deux sélections nationales est déjà hautement respectable, mais Faris Moumbagna, le plus Norvégien des footballeurs camerounais, va sans doute devoir quitter prochainement son cocon nordique pour rejoindre un championnat plus huppé. Direction le Nord de la France cette fois ?

Le Cameroun plutôt que coéquipier d’Haaland, le choix osé de Faris Moumbagna
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.