Manchester City-Inter : Guardiola élogieux sur la menace Onana

Alors que la finale de la Ligue des Champions approche à grands pas (samedi 10 juin), Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, a encensé le gardien de l'équipe adverse, l’Inter Milan, André Onana.

« Il est spécial »

Dans une récente interview accordée à Sky Sports, le coach espagnol a notamment souligné la qualité de jeu au pied du portier nerazzurro. « L'Inter ? Ils ont beaucoup de qualités, en particulier Onana : il est spécial, il lit où se trouve l'espace, il aère le milieu de terrain. (…) Nos deux équipes ont de bons gardiens, mais lui, il est exceptionnel avec ses pieds », a loué Guardiola dans des propos relayés par fcinter1908.it.

Des déclarations qui vont dans le même sens que celles de Steven Gerrard, intervenues peu après la demi-finale retour de LdC entre l’AC Milan et l’Inter (0-1, 3-0 score cumulé). « Il [André Onana] pourrait porter le numéro 10 sur son dos. Il est comme Ederson (le gardien de Manchester City, ndlr). Toute la soirée, il se fait presser, il est sous pression, dans les situations délicates, il est calme et posé. Il peut jouer long et court. J'ai adoré regarder le gardien ce soir. Il a été fantastique », s’enflammait l’ancien capitaine emblématique de Liverpool.

Samedi, le principal concerné entend bien faire étalage de toute sa palette technique et faire tomber l’ogre citizen, bourreau du Real Madrid, champion en titre, en demi-finale (1-1, 4-0). « Nous travaillons toute notre vie pour jouer une finale comme celle-ci. Et pour ce samedi, nous irons là-bas (à Istanbul, en Turquie, ndlr) pour défendre l'Inter et nous donnerons nos vies. Peur ? Zéro. Je ne peux garantir qu'une chose et c'est que nous n'avons pas peur d'eux », a de son côté lancé l’ex-Lion Indomptable sur Tuttomercatoweb.

Manchester City-Inter : Guardiola élogieux sur la menace Onana
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.