C’est l’une des attractions de cette CAN 2012. A tout juste 21 ans, Emmanuel Mayuka est l’homme qui a envoyé la Zambie en finale de la CAN 2012. Focus sur un joueur qui ressemble à Bakayoko mais joue comme Bergkamp.


A première vue, le joueur n’impressionne pas. Ni par sa taille, 1,78 m, ni par son gabarit moyen, à l’image de la plupart de ses coéquipiers.
Mais c’est par son talent que l’attaquant international de la Zambie, Emmanuel Mayuka, est en train de se faire connaître. Avec trois buts en cinq matches, l’attaquant des Young Boys de Berne est l’un des co-meilleur buteur de cette CAN 2012, statut qu’il partage avec un certain Drogba, une idole avec laquelle il pourra se mesurer en finale, le 12 février à Libreville.

D’autant que ces trois buts en cinq matches de compétition sont loin d’être anecdotiques. Alors que la compétition commence à peine le joueur des Young Boys signe la première sensation de cette CAN, en ouvrant la marque à la 12e minute contre l’un des épouvantails de la compétition, le Sénégal de Niang (2-1).

Seconde journée du groupe A. Alors que la pelouse de Bata se transforme peu à peu en pataugeoire, sous l’action concertée de la pluie et des officiels, qui tiennent absolument à voir se dérouler la rencontre, le piège semble se refermer sur la Zambie. Menée dès la 5e minute par une équipe de Libye prête à tenir un siège, l’attaquant douche, si c’était encore possible, les espoirs adverses en inscrivant le but de l’égalisation (29e) et permet, avec Katongo, de ramener un précieux point pour la qualification.

Joue la comme Kalusha

Enfin, en demi-finale face au Ghana. Alors que son équipe subît depuis le début de la rencontre, Hervé Renard décide de faire rentrer son porte bonheur en seconde mi-temps. En une demi-heure le rentrant prend la mesure des Black stars. Tournant sur lui même à l’entrée de la surface, il envoie une magnifique frappe enroulée qui mystifie Larsen (78e). En signant le seul but de la rencontre, il valide le ticket zambien pour la finale.

A seulement 21 ans, l’une des révélations de cette équipe de Zambie avec Katongo et Kalaba est promis à un brillant avenir. Avec sa vista, son sens du but et ses qualités balles au pied, le numéro 20 des Chipolopolos marche dans les pas de Kalusha Bwalya. Le meilleur buteur de la CAN 96, sans doute le meilleur joueur l’histoire de la Zambie et Ballon d’Or africain 1988 est l’exemple à suivre pour l’attaquant des Young Boys de Berne. Mais avant de succéder à son glorieux aîné, ou à Abedi Pelé, lui qui dit « rêver de Marseille », doit encore confirmer. Une étape qui passe par le stade de Libreville, dimanche à 20 heures, contre le grandissime favori ivoirien. Une occasion en or pour le natif de Kabwe de rentrer, lui aussi, dans l’Histoire en ramenant pour la première fois le trophée suprême à Lusaka.