Battu par la Guinée Equatoriale lors de la 3e et dernière journée du groupe A de la CAN 2015, le Gabon a vu son ticket pour les quarts de finale lui filer entre les mains. Eliminés de la compétition, les Panthères avaient du mal à digérer le penalty très généreux accordé à leurs adversaires, le tournant du match.


Grande désillusion pour le Gabon. Dimanche soir à Bata, les espoirs de qualification pour les quarts de finale de la CAN 2015 se sont envolés pour les hommes de Jorge Costa, tombés face à la Guinée Equatoriale lors du match de la dernière journée dans le groupe A. Virtuellement qualifiés au coup d’envoi, et même jusqu’à 35 minutes du terme de la partie, les Gabonais devaient se contenter de ne pas perdre pour être sûrs de décrocher le précieux sésame. Manqué.

La faute à deux buts concédés au retour des vestiaires, synonymes d’élimination pour les coéquipiers de Bruno Ecuele Manga, dont le premier fait couler beaucoup d’encre du côté du pays des Panthères. Et pour cause, il a été inscrit pas Javier Balboa sur un penalty accordé par l’arbitre ivoirien Désiré Noumandiez, pour une faute de Lloyd Palun sur l’attaquant d’Estoril. Sauf que sur le coup, la faute du défenseur de Nice est très loin d’être évidente, son adversaire profitant de la situation pour accentuer un contact là aussi peu évident et s’écrouler. Le tournant du match.

Ovono : « Ils avaient besoin d’aide« 

De quoi donner du grain à moudre aux Gabonais à l’issue de la rencontre, leur déception étant teintée d’un sentiment d’injustice, voire de suspicion de complicité pour faire qualifier le pays hôte de la CAN. « Ce penalty nous a tués« , a résumé le capitaine Pierre-Emerick Aubameyang. « Ce n’est pas la première fois qu’on a cet arbitre et on a déjà eu des soucis avec lui. Excusez-moi, mais c’est vraiment chiant parce qu’à ce niveau on ne peut pas se permettre de faire des erreurs comme ça dans l’arbitrage. Ce n’est pas juste. »

Même son de cloche chez Didier Ovono, le gardien des Panthère, bien plus vindicatif au micro de RFI. « L’arbitre leur a donné le petit avantage nécessaire. Ils avaient besoin d’aide« , a déploré le portier, avant de revenir sur les plaintes des Equato-guinéens après leur premier match face au Congo. « Ils ont pleuré après le premier match et là ils reçoivent un penalty. […] Vous savez, c’est la CAF . Ils veulent que les gens continuent à venir au stade. Nous sommes éliminés, oui. Mais être éliminés comme ça, ce n’est pas bon pour le football africain. » Que de regrets pour les Panthères et leurs fans.