Le premier match du groupe C de la CAN 2017 oppose ce lundi la Côte d’Ivoire au Togo à 16h GMT (17h Paris) à Oyem. Malgré leur supériorité sur le papier, les Eléphants restent méfiants à l’heure de défier les Epeviers de Claude Le Roy et Emmanuel Adebayor.


La Côte d’Ivoire remet sa couronne en jeu ! Sacrés champions d’Afrique en 2015, les Eléphants débutent la CAN 2017 ce lundi à 16h GMT (17h Paris) contre le Togo à Oyem dans le groupe C. Sur le papier, l’affiche apparaît clairement déséquilibrée entre les stars ivoiriennes et des Eperviers qualifiés de justesse parmi les deux meilleurs deuxièmes. Surtout que la Selefanto sort d’une préparation réussie à Abu Dhabi, qui l’a vue disposer de la Suède (2-1) puis de l’Ouganda (3-0). Ces deux sorties ont démontré que la « recrue » Wilfried Zaha, buteur et passeur décisif, présentée comme le remplaçant de Gervinho, forfait, était déjà bien intégrée dans le collectif. Alors forcément, à l’approche de la rencontre, les maux de tête sont principalement togolais.

« Est-ce qu’il faut aller les chercher haut avec le risque de se faire prendre en contre ? Or, on sait qu’ils se projettent très vite en contre. C’est l’une des grandes qualités de l’équipe de Michel Dussuyer. On peut aussi les attendre plus bas au risque de subir un pressing offensif, sachant qu’ils ont de la qualité sur leurs joueurs offensifs. C’est un problème tactique« , a reconnu le sélectionneur des Eperviers, Claude Le Roy, 9 CAN au compteur, devant la presse. « Vous verrez dans la composition d’équipe, si je suis allé jusqu’au bout de ma folie ou pas. »

« L’homme à surveiller reste Adebayor »

Alors que l’état de la pelouse d’Oyem, et ses « ralentisseurs » dixit Le Roy, se trouvent au centre des inquiétudes, pas question pour les Eléphants de prendre leur adversaire à la légère. « Ils ont tout à gagner, ils se sont qualifiés à la dernière minute et ils arrivent en n’ayant aucune pression sur les épaules, bien sûr que ces équipes sont redoutables. Si elles sont là, c’est parce qu’elles ont de la qualité« , a prévenu le sélectionneur ivoirien, Michel Dussuyer, en conférence de presse.

Malgré des stats largement en faveur des tenants du titre (2 victoires et 2 nuls contre le Togo à la CAN), même méfiance chez le gardien Sylvain Gbohouo, qui a désigné le danger numéro un chez les Eperviers. « L’homme à surveiller reste Emmanuel Adebayor. Ce qui ne veut pas dire que nous allons nous focaliser sur lui. C’est une équipe du Togo qu’il faudra neutraliser. Parce que ce premier match est déterminant pour la suite« , a souligné le portier du TP Mazembe. A l’inverse du Gabon (1-1 contre la Guinée Bissau samedi), charge aux Eléphants d’éviter le faux-départ !