bpbarfye.jpg

Présent en demi-finale des cinq dernières éditions mais moins flamboyant cette année, le Ghana doit éviter la mauvaise surprise face à la RD Congo, auteur d’une phase de groupes maîtrisée, ce dimanche à 16h GMT en quart de finale de la CAN 2017.


C’est une superbe affiche qui va mettre aux prises la RD Congo, 3e de la dernière édition, au Ghana, 2e en 2015, ce dimanche à partir de 16h GMT (17h à Paris) à Oyem en quart de finale de la CAN 2017. Après leur belle phase de groupes, terminée invaincus avec 7 points et 6 buts au compteur, les Léopards se verraient bien mettre un terme à la fabuleuse série des Black Stars, qui ont atteint les demi-finales lors des 5 dernières éditions !

La stat :

Au cours des quinze dernières éditions, les Ghanéens ont joué dix quarts de finale et en ont remporté sept tandis que les Léopards n’en ont gagné que deux sur sept, d’après la CAF.

« Ils ont eu une régularité du diable à ce niveau de la compétition. C’est un adversaire très fort« , a reconnu le sélectionneur congolais, Florent Ibenge, samedi devant la presse. « A nous de nous mettre au diapason pour nous retrouver à Franceville (en demi-finale, ndlr). » Et même si l’expérience penche nettement en faveur du Ghana, les Congolais savent qu’ils ont un coup à jouer cette année. D’abord parce qu’ils sortent d’une phase de groupes qui a démontré leur progrès tactiques, quitte à sacrifier une part de beau jeu. Ensuite, parce que les Black Stars semblent prenables. En difficultés en seconde période face à l’Ouganda (1-0) et au Mali (1-0), les hommes d’Avram Grant ont fini par plier face à l’Egypte (0-1) avec une équipe certes remaniée.

Gyan finalement apte ?

Même si cette affiche s’annonce indécise, Ibenge préfère rester sur ses gardes. « Le Ghana a un bon dispositif, difficile à pénétrer. Une défense qui ne paie pas de mine mais qui est efficace. Ils ne font pas de gestes extraordinaires mais ils mettent l’efficacité avant tout. Une équipe bien compacte, bien homogène avec sa sentinelle à la défense. Ça sera une équipe difficile à bouger. Ils n’ont été bougés que par l’Egypte qui est si solide« , a fait remarquer le technicien congolais.

D’un côté comme de l’autre, ce sont les blessures qui sont au centre des attentions. « Tout le monde est en vie heureusement« , a préféré en plaisanter Grant, qui a bon espoir de pouvoir compter sur son capitaine et buteur Asamoah Gyan, blessé face aux Pharaons mais qui a repris l’entraînement samedi. En face, le forfait de Jacques Maghoma ne fait plus aucun doute dans l’entrejeu, tandis que Gabriel Zakuani, Jordan Ikoko et Chancel Mbemba restent incertains. Suspense à prévoir jusqu’au bout !

bpbarfye.jpg