Le derby entre le Mali et la Côte d’Ivoire s’annonce des plus prometteurs ce lundi à Suez en 8e de finale de la CAN 2019 (coup d’envoi à 16h GMT, soit 18h en France). Présentation.

– Les forces en présence

Sur le papier, la Côte d’Ivoire part évidemment favorite face au Mali, mais si on se base sur le premier tour, ce sont au contraire les Aigles qui ont fait la meilleure impression, ce qui laisse finalement présager d’un derby équilibré.

Après une victoire étriquée face à l’Afrique du Sud (1-0), les Eléphants se sont inclinés contre le Maroc (0-1) au terme d’une prestation assez décevante et ils ont joué leur qualification contre la Namibie, face à qui ils n’ont pris le large que dans les dernières minutes (4-1). Fébrilité défensive, manque de liant, absence de fond de jeu : les vainqueurs de la CAN 2015 peinent encore à convaincre, eux qui s’en remettent trop à leurs individualités, alors que Nicolas Pépé est encore loin du niveau attendu.

Côté malien, ça a commencé fort avec le carton contre la Mauritanie (4-1) et les Aigles ont ensuite un peu baissé de rythme contre la Tunisie (1-1) et l’Angola (1-0), mais les hommes de Mohamed Magassouba ont néanmoins déployé un jeu plaisant avec une capacité à marquer de superbes buts hors de la surface (4 au total). Considérés comme de potentiels outsiders, les coéquipiers de Moussa Marega vont passer un test grandeur nature contre une équipe supérieure sur le papier.

– Un derby entre habitués

Les deux voisins ont pris l’habitude de se croiser ces dernières années à la CAN, avec un bilan qui penche très nettement en faveur des Ivoiriens : 3 victoires et un nul. Mais attention car les Maliens avaient justement tenu tête aux Eléphants lors de leur dernier match en phase de groupes de la CAN 2015 (1-1).

– Le point infirmerie

Victime d’une lésion à la cheville le 28 juin lors du match contre le Maroc (0-1), Serge Aurier a manqué le match contre la Namibie mais, après être allé se soigner en France, le capitaine des Eléphants a fait son retour en Egypte et annoncé qu’il est apte pour ce match. Reste à savoir si le sélectionneur Ibrahim Kamara compte l’aligner ou s’il préférera jouer la carte de la prudence en maintenant Mamadou Bagayoko. En face, les Aigles se présentent au complet, c’est-à-dire avec seulement 22 éléments puisqu’Adama Niane a été écarté du groupe suite à une altercation avec Abdoulaye Diaby.

– Janny Sikazwe au sifflet

Arbitre de la finale de la CAN 2017, Janny Sikazwe a été choisi pour officier lors de cette affiche. Le Zambien s’était distingué avec une prestation chaotique en demi-finale retour de la Ligue des champions africaine 2018 entre l’Espérance Tunis et Primeiro de Agosto (4-2), ce qui lui avait valu une suspension de deux mois de la part de la CAF. En phase de groupes de cette CAN, il a aussi fait polémique en oubliant un penalty flagrant pour le Sénégal face à l’Algérie (0-1) ainsi qu’un rouge mérité pour Benlamri.

– Pépé-Koné, un duel venu du Nord

Coéquipiers à Lille, l’ailier ivoirien Nicolas Pépé et le latéral gauche malien Youssouf Koné se feront face ce lundi. «Ça va être un sacré duel. Il y a quand même deux personnalités qui ne se feront pas de cadeaux. Celui qui saura faire la part des choses va prendre l’ascendant sur le plan mental», a décrypté le coach de Lille, Christophe Galtier, dans L’Equipe. «Par rapport à ce qu’ils ont vécu ensemble, j’ai tendance à penser que Nico aura plus de facilité à le faire. Cela se jouera dès les premières minutes…»

 – Et ensuite ? En quart, le vainqueur de ce match affrontera jeudi l’Algérie.

Les compositions de départ

Mali : Diarra – H. Traoré, Wague, Fofana, Y. Koné – Samassekou, A. Haidara, Lass. Coulibaly – Diaby, Marega, Djenepo.

Côte d’Ivoire : Gbohouo – Bagayoko, Ismaël Traoré, Kanon, Wonlo Coulibaly – Serey Dié, Gbamin, Kessié – Pépé, Kodjia, Zaha.

Ils ont dit :

Mohamed Magassouba, sélectionneur du Mali – «Pour ce qui est de l’invincibilité de la Côte d’Ivoire face au Mali, nous disons que c’est de l’histoire et elle appartient aux historiens. Notre force, c’est nous-mêmes et chaque génération doit construire sa propre histoire.»

Ibrahim Kamara, sélectionneur de la Côte d’Ivoire – «Je pense franchement que les garçons sont prêts. Ce qu’il faut souligner c’est que sur les 23 que nous avons, il y en a 6 qui ont déjà joué un quart de finale de CAN. Cette seule perspective devrait suffire à les motiver. Après ça reste un match de football et pas la guerre, même s’il est vrai qu’il faudra aller au combat. Ils sont prêts pour le faire et c’est sûr qu’on fera tout pour gagner ce match.»