Tombé sur un MO Béjaïa plus coriace que prévu en finale aller de la Coupe de la CAF (1-1), le TP Mazembe aborde néanmoins la manche retour en position de force dans son antre du Kamalondo dimanche. Sans compter que les Kabyles doivent composer avec plusieurs absents.


Déjà bien garnie avec notamment cinq Ligues des champions, trois Supercoupes de la CAF et une coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe, l’armoire à trophées du TP Mazembe pourrait bien s’agrandir d’une inédite Coupe de la CAF ce dimanche (14h30 en temps universel). En position de force après leur nul ramené de la finale aller face au MO Béjaïa (1-1), les Corbeaux de Lubumbashi seront en effet virtuellement qualifiés au coup d’envoi de la manche retour dans leur forteresse du Kamalondo.

Malgré cet avantage face à un adversaire qu’ils avaient battu 1-0 au même endroit en phase de groupes, les hommes d’Hubert Velud restent méfiants après avoir été sérieusement inquiétés par des Crabes qui auraient pu l’emporter à l’aller samedi dernier avec plus de réalisme. Pour autant, pas de place pour les comptes d’apothicaires comme l’a affirmé le technicien français.

« Le tort, ce serait de calculer et de se contenter de préserver le score du match aller. Le but à l’extérieur du 1-1, c’est une avance très légère. Ce serait une grave erreur de rester sur la défensive. Il faudra au contraire se libérer dans le jeu, aller chercher l’adversaire très haut et surtout ne pas jouer avec le frein à main« , a plaidé Velud sur le site du TPM.

« La pression sera sur les épaules du TP Mazembe« 

Si Nathan Sinkala sera absent sur blessure côté congolais, le plus à plaindre dans ce domaine est clairement le MOB qui s’avance privé des défenseurs centraux Adel Lakhdari et Amar Benmelouka et de son attaquant Youcef Touati. Mais dans « la chaleur suffocante de Lubumbashi » que la presse algérienne redoute tant, les hommes de Nacer Sendjak ne désespèrent pas de conclure la première aventure continentale de leur histoire par un coup d’éclat.

« Nous savons que notre mission ne sera pas du tout facile, mais nous n’avons rien à perdre et la pression sera sur les épaules de l’adversaire. On va ainsi tenter d’exploiter cette donne pour créer la surprise« , a glissé l’entraîneur algérien. Le capitaine Fouazi Yaya, s’est quant à lui engagé à « jouer avec les tripes pour représenter dignement le football algérien« . Pour les Kabyles, la donne est simple : il faudra marquer au moins une fois !