Qualifié pour la Coupe du monde 2014 avec la Côte d’Ivoire, Sabri Lamouchi n’en reste pas moins décrié au pays des Eléphants. Sans cesse critiqué depuis son arrivée comme sélectionneur, le technicien franco-tunisien doit encore faire face aux attaques malgré ce ticket pour le Brésil. Pas la meilleure ambiance pour préparer les prochaines échéances de son groupe.


Jamais sélectionneur des Eléphants n’aura été autant critiqué. C’est le constat fait par bon nombre d’observateurs au moment de se pencher sur la situation de Sabri Lamouchi. A la tête de la première nation africaine au classement FIFA, le technicien n’a jamais eu la tâche facile, et ce depuis sa prise de fonctions peu avant l’été 2012.

Principal grief retenu contre le Franco-tunisien, son manque d’expérience. Depuis son intronisation, sa première expérience sur un banc de touche, Lamouchi ne cesse d’être décrié par la presse ivoirienne et des supporters qui lui préféraient d’autres choix comme sélectionneur.

Un salaire jugé excessif

Un manque de vécu comme entraîneur et un salaire, à l’époque annoncé à plus de 130 millions de francs cfa (200 000 euros), qui avaient fait couler beaucoup d’encre. Chiffre revu à la baisse depuis, l’intéressé ayant lui même annoncé toucher 40 millions de francs cfa (60 000 euros) par mois.

Pas de quoi trouver grâce auprès de ses détracteurs, car l’ancien de l’Inter Milan est aussi victime du timing de sa nomination, qui est intervenue après l’éviction de François Zahoui alors qu’il restait sur une finale perdue à la CAN 2012… avec un salaire près de dix fois inférieur à celui de son successeur.

Dans ces circonstances, l’élimination en quart de finale de la CAN 2013 face au Nigeria, sacré champion par la suite, est très mal passée auprès des fans, qui ont immédiatement réclamé sa tête. Certains journalistes y sont également allés de leurs reproches, transformant les conférences de presse en véritables joutes verbales. Une simple annonce de joueurs retenus pour un match allant à devenir une remise en question de ses méthodes de travail.

Lamouchi : « Mon objectif a été atteint« 

De quoi finir par susciter de l’incompréhension pour un technicien qui avait compris qu’il fallait qu’il fasse avec les critiques au moment de son arrivée. Sauf qu’à présent, Lamouchi a de plus en plus de mal à digérer, au point d’en faire part publiquement pour la première fois.

« Mon arrivée fin mai 2012 avait été accompagnée de certaines critiques, liées à mon inexpérience. Je les avais comprises. Ma mission était de qualifier la Côte d’Ivoire pour la Coupe du monde. Cet objectif a été atteint, sans concéder la moindre défaite (5 victoires, 3 nuls), et en éliminant des équipes comme le Maroc et le Sénégal. Il y a des gens qui souhaitent mon départ. Est-ce un problème de personne ? J’ai eu des échos en ce sens. Ce n’est pas forcément agréable à entendre« , a-t-il confié lors d’un entretien avec Jeune Afrique.

Lassé de cette impopularité qui le suit alors qu’il s’apprête à disputer une phase finale de Coupe du monde, objectif qui lui avait été fixé, Lamouchi attend désormais que des voix s’élèvent pour lui apporter du soutien, à l’image du capitaine Didier Drogba lors de sa nomination. Chose faite par le président de la Fédération ivoirienne, à l’origine de sa venue, mais surtout par le ministre des Sports, Alain Michel Lobognon, pourtant considéré comme un opposant à l’ancien joueur de Parme.

Le ministre des Sports, un soutien inattendu

« Il serait ingrat de chasser Lamouchi après avoir qualifié la Côte d’Ivoire pour la Coupe du Monde 2014. Il a qualifié les Eléphants pour le Mondial, permettez-lui de prouver le travail qu’il a abattu au cours de la Coupe du monde », a ainsi indiqué le dirigeant, visiblement revenu à de meilleurs sentiments, à la télévision nationale ivoirienne.

De quoi sans doute accorder un peu de répit à un sélectionneur qui sait que d’ici le début du Mondial, chacun des matches de préparation des Eléphants sera l’occasion pour ses détracteurs de le critiquer, et ce quel que soit le score. Et lorsque l’on sait qu’au lendemain de la qualification des Ivoiriens pour le Mondial, un sondage chez nos confrères de Koaci.com indiquait 74,2% des suffrages, sur 4632 votes, en faveur un départ de Lamouchi, sa côte de popularité n’est pas prête de grimper.