ONU : la proposition d’Eto’o pour éradiquer la traite des jeunes joueurs

De passage à la tribune de l’Organisation des Nations Unies (ONU) lundi, le président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Samuel Eto’o, a proposé une solution en vue d’éradiquer la traite des footballeurs.

Intervenant lundi devant un parterre de hauts fonctionnaires de l’ONU, Samuel Eto’o a effectué plusieurs propositions visant à lutter contre la traite et l’exploitation des jeunes footballeurs. Au rang de celles-ci, le processus numérisé de la fabrication des pièces d’identité réduisant les fraudes à l’identité, et renforçant donc la régulation de la mobilité des sportifs. Pour autant, ces mesures s’avèrent inefficaces pour enrayer totalement le fléau, a estimé le numéro un du football camerounais. C’est pourquoi celui-ci propose l’adoption de la biométrie.

La biométrie pour éradiquer la traite des footballeurs

« On pourrait délivrer une carte d’identité du footballeur comportant des données biométriques et stockées dans une carte à puce et dans un fichier centralisé à la FIFA ou ailleurs. En effet, si les empreintes digitales ou une autre donnée biométrique figurent sur la carte à puce, le gain en sécurité est meilleur. Il reste à régler les obstacles juridiques liées à la protection des données personnelles », a-t-il expliqué avant de poursuivre. « Au bout du compte, la solution à la traite des footballeurs se trouve dans les recours aux technologies nouvelles d’identification et de surveillance. Ces moyens présentent l’avantage d’être à la fois mobiles et intelligents, c’est-à-dire capables de s’adapter à la mobilité des individus, de suivre à la trace leurs itinéraires et de déterminer leurs véritables identités. »

Autre solution avancée par l’ancien Barcelonais, l’interconnexion entre les pouvoirs publics et la FIFA. « La solution se trouve également dans la mise en place d’un système intégré permettant une interconnexion entre les services de sécurité des États, ses fédérations nationales et de l’instance mondiale qu’est la FIFA », a-t-il développé.

Eto’o décoré à l’ONU

Mais Eto'o a également souligné que le problème doit être réglé à sa source, en parvenant à convaincre les candidats à l'exil de renoncer, comme il tente de le faire au Cameroun : « Pour ce qui nous concerne à la Fécafoot, nous faisons un travail de fond pour réduire l’attractivité de l’exil, par la construction des infrastructures modernes et par l’octroi de revenus en hausse aux joueurs. Si nous parvenons à stopper cet exode, nous rendrons un fier service au continent africain qui a besoin de sa jeunesse pour se développer. »

Un discours éloquent à la suite duquel, le dirigeant camerounais a reçu un prix d’honneur pour son implication dans la lutte contre l'exploitation et la traite des êtres humains dans le sport.

ONU : la proposition d’Eto’o pour éradiquer la traite des jeunes joueurs
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.