Ancien sélectionneur de la RD Congo (2014-2019), Florent Ibenge aurait aimé avoir sa chance en Europe, lui qui a vécu en France pendant un temps. Malheureusement, l’actuel entraîneur de l’AS Vita Club a vu les portes se fermer une à une. Le technicien est certain que les entraîneurs issus des minorités visibles sont victimes de discrimination.

«J’ai postulé, mais il n’y a pas de proposition. Est-ce du racisme, je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que les gens ne sont pas prêts», a assuré le Congolais dans des propos rapportés par l’Agence de Presse Sénégalaise. «Quand vous postulez, on ne vous propose que des équipes de jeunes. (…) Quand vous regardez combien d’entraîneurs sont issus de cette communauté, vous pouvez les compter sur les doigts d’une main, cela veut dire qu’il y a un problème. Être noir ou Maghrébin n’empêche pas de pouvoir réfléchir et diriger. Est-ce que cela veut dire que nous sommes bons tout juste pour exécuter pas pour commander ?», s’est offusqué Ibenge.

Difficile en effet pour les entraîneurs africains de se frayer un chemin en Europe. Le Sénégalais Omar Daf, assis sur le banc de Sochaux, est l’un des rares contre-exemples…