Brice Mbika Ndjambou est depuis le 27 mars 2015 le nouveau président de la Ligue nationale de football professionnelle (LINAFP) du Gabon, à l’issue d’une élection qu’il a largement remportée face à ses concourants.


De notre correspondant à Libreville

Les présidents des clubs de première et deuxième divisions, 28 au total qui composaient le collège électoral se sont exprimés le 27 mars à Libreville, dans le cadre du scrutin pour élire le nouveau président de la LINAFP. Leurs bulletins de vote ont pesé lourd pour le candidat Brice Mbika, qui a totalisé 21 voix contre 4 voix pour Guy Mbnah et 3 pour le président sortant, M. Birinda.

Le nouveau président de la LINAFP a fait de nombreuses promesses électorales, qui ont certainement séduit les ¾ de l’électorat. Il sera jugé pieds aux murs.

De nombreuses promesses électorales

Il a promis de consacrer la première année de sa mandature (2015-2016) au redimensionnement du modèle du championnat professionnel, en collaboration avec les consultants internationaux et la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) et à l’harmonisation définitive des textes de l’institution. Entre autres les règlements intérieur et financier de la LINAF, le règlement du National Foot 1 et 2 et le statut du joueur professionnel, en collaboration avec la fédération.

La 2e et la 3e année de son mandat (2016-2018) devraient être consacrées selon ses promesses électorales à l’investissement dans la qualité des infrastructures sportives, la régularité dans l’organisation du national foot 1 et 2 et l’optimalisation des mécanismes d’autofinancement du national foot 1 et 2, en rapport avec le sponsoring, la billetterie et les droits télévisés.

Brice Mbika Ndjambou voudrait consacrer la dernière année de son mandat (2018-2019) à l’organisation du secteur du football en véritable secteur d’activités au sein duquel on peut faire carrière. Mais aussi à la mobilisation de plus de 50% des moyens financiers en ressources propres dans le budget global, ainsi que le développement du football amateur, avec la création d’une 3e division nationale et d’une division d’honneur.