JO 2024 : le Maroc fixé sur son dernier adversaire, la Guinée sur son barrage !

Le Maroc et la Guinée connaissent désormais l’identité de leurs derniers adversaires pour le tournoi de football des Jeux Olympiques Paris 2024.

Après plusieurs semaines d’attente, la petite finale de la Coupe d’Asie U23 a enfin livré son verdict. L’Irak et l’Indonésie s’affrontaient en effet ce jeudi au stade Abdullah bin Khalifa, à Doha au Qatar. Deux sélections aux parcours quasi similaires, ayant débuté leur campagne par une défaite 2-0 avant d’arracher leur qualification pour le tour à élimination directe.

L’Irak s’est repris face au Tadjikistan (2-4) et contre l’Arabie saoudite (1-2) tandis que les Indonésiens ont disposé de l’Australie (1-0) avant de corriger la Jordanie (1-4). En quarts de finale, les Irakiens sont passés grâce à la plus petite des marges (1-0) devant le Vietnam réduit à 10. La tâche a été plus ardue pour les Indonésiens, venus à bout des Sud-Coréens après une harassante séance des tirs aux buts (2-2, 10 tab 11). Les deux formations ont vu leur parcours s’arrêter en demi-finale sur une défaite de 2-0, l’Indonésie face à l’Ouzbékistan et l’Irak contre le Japon.

L’Irak pour le Maroc, l’Indonésie face à la Guinée

D’un côté comme de l’autre, la victoire était impérative jeudi soir pour accéder directement à la phase de groupes du tournoi olympique, le vaincu devant en revanche défier la Guinée en barrage intercontinental. C’est l’Irak qui a eu le dernier mot en renversant son adversaire (2-1 après prolongation).

La sélection du Moyen-Orient complète donc la poule B et affrontera le Maroc lors de la dernière journée le 30 juillet après avoir défié l’Ukraine et l’Argentine respectivement six et trois jours plus tôt. Quant à ’Indonésie, elle croisera le fer avec le Syli Olympique le 9 mai au Centre National du Football, à Clairefontaine en Yvelines (France) pour une place dans le groupe A des JO.

JO 2024 : le Maroc fixé sur son dernier adversaire, la Guinée sur son barrage !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.