Balayé 3-0 à Pretoria par les Mamelodi Sundowns samedi dernier à l’aller, le Zamalek aura besoin d’un exploit ce dimanche (18h30 temps universel) pour renverser les Sud-Africains en finale retour de la Ligue des champions et décrocher une sixième couronne continentale.


Si le football est une question de statistiques, alors les chances du Zamalek sont bien minces. Etrillé 3-0 à Pretoria par les Mamelodi Sundowns en finale aller de la Ligue des champions, le géant cairote est contraint à l’exploit au Borg El Arab Stadium, près d’Alexandrie, ce dimanche (18h30 GMT) lors de la manche retour. Pas une mince affaire puisqu’en 50 finales dans la compétition, le club qui recevait au retour ne s’est imposé que 27 fois, « seulement » dans 54% des finales donc.

Dans le cas du Zamalek, il faudrait en plus une victoire par plus de 3 buts d’écart (sans en encaisser) pour renverser la vapeur. Pour se motiver, les Chevaliers Blancs peuvent se raccrocher à un précédent. En finale de l’édition 1976, le MC Alger s’écroulait 3-0 face au Hafia FC à l’aller, mais les Algériens se réveillaient au retour pour infliger une défaite sur le même score aux Guinéens et arracher le sacre au tir aux buts (4-1).

50 00 fans autorisés

« Maintenant nous nous retrouvons au pied d’un autre sommet. Nous pouvons réaliser le miracle. Notre défaite précédente en demi-finale retour contre le Wydad Casablanca nous a ouvert les yeux. Oui, le Zamalek a encore des cartes en main pour redevenir champion« , veut se rassurer l’entraîneur égyptien Moamen Soliman qui a promis de démissionner en cas de défaite.

Autre atout pour le quintuple vainqueur de l’épreuve : son public. Alors que la capacité des stades égyptiens est limitée depuis la tragédie de Port Saïd en 2012 (72 morts), la CAF annonce que les autorités égyptiennes ont autorisé pour l’instant 50 000 supporters pour cette affiche. Un chiffre certes bien inférieur aux espérances des Chevaliers Blancs, qui tablaient sur un stade complet (86 000 fans), mais qui suffira pour mettre la pression !

Après leur finale perdue en 2001, les Sud-Africains se retrouvent quant à eux au bord de l’exploit. Déjà vainqueurs 2-1 en Egypte contre ce même adversaire en phase de groupes en juillet, les hommes de Pitso Mosimane devront se passer du défenseur Wayne Arendse, suspendu, mais il en faudrait plus pour entamer le moral du champion d’Afrique du Sud, qui a déjà su surmonter deux éliminations cette année pour se retrouver à 90 minutes d’un inattendu premier sacre continental !