Malgré sa défaite 1-0 en Egypte face au Zamalek en finale retour, Mamelodi Sundowns a décroché dimanche la première Ligue des champions de son histoire après sa victoire 3-0 à l’aller. Le club cairote pourra regretter son manque de réalisme mais surtout la manche aller…


Ça n’aura pas suffi ! Malgré sa victoire 1-0 face aux Mamelodi Sundowns, 66% de possession et 21 tirs (mais seulement 5 cadrés), le Zamalek n’est pas parvenu à refaire son retard en finale retour de la Ligue des champions dimanche à Borg El Arab. La faute au cuisant 3-0 encaissé à l’aller. Dos au mur et poussés par environ 70 000 fans en folie, les hommes de Moamen Soliman prenaient d’entrée la mainmise sur le match et se procuraient une première opportunité par Stanley. Mais le Nigérian manquait le cadre sur son extérieur du pied, alors que son genou percutait le visage d’Onyango, sorti à sa rencontre. Resté au sol, le gardien ougandais se résignait à céder sa place à Sandilands (28e).

Le nouvel entrant brillait avant la pause en repoussant superbement un tir de Tawfik. Plus défensifs qu’à l’accoutumée, les visiteurs se montraient toutefois dangereux et virevoltants en contres, surtout en fin de première mi-temps, mais Gennesh détournait la reprise de volée de Tau, puis la frappe contrée de Billiat mourrait sur le haut de la transversale. Les Sud-Africains avaient laissé passer leur chance : la pression égyptienne s’intensifiait au retour des vestiaires et Mamelodi finissait par plier. Devant la surface, le très remuant Stanley décochait une frappe au sol au ras du poteau gauche d’un fébrile Sandilands qui ne pouvait suffisamment détourner le tir (1-0, 65e).

Mamelodi, une histoire incroyable

Revigorés par cette ouverture du score, les Chevaliers Blancs repartaient de plus belle à l’attaque en quête de deux autres buts pour égaliser sur l’ensemble des deux manches. Mais le centre de l’entrant Shikabala était dégagé en catastrophe devant le but puis la tête de Mayuka était sauvée juste devant la ligne. Les efforts héroïques du champion d’Afrique du Sud payaient lorsque l’arbitre sifflait la fin du match puisque cette courte défaite lui permet d’être sacré pour la première fois après une tentative infructueuse en 2001. Une apothéose d’autant plus savoureuse que peu de monde aurait misé une pièce sur l’équipe de Pitso Mosimane.

D’abord éliminés en tour préliminaire, les Sud-Africains ont été reversés en Coupe de la CAF où ils ont là aussi pris la porte, avant d’être repêchés in extremis… pour la phase de groupes de la Ligue des champions après la disqualification de Vita Club. Mais depuis, ceux qu’on surnomme les Brésiliens affichent un superbe visage et ce sont bien eux qui représenteront l’Afrique au Mondial des clubs au Japon en décembre prochain !

 Les compositions de départ :

Zamalek : Gennesh – Khaled, Dweidar, Gabr, Yusuf – Hamed, Tawfik – Stanley, Hefny, Fathi – Morsi

Mamelodi Sundowns : Onyango – Mbekile, Soumahoro, Nthethe, Langerman – Mabunda, Kekana, Tau – Billiat, Laffor, Dolly