La phase de groupes de la Ligue des champions africaine n’a pas encore débuté qu’un gros imbroglio vient déjà d’éclater ! Censés se déplacer sur le terrain du Wydad Casablanca samedi (19h) dans le cadre de la 1ère journée, les Kaizer Chiefs n’ont en effet pas pu s’envoler pour le Maroc ce mercredi comme ils l’avaient prévu. La faute aux mesures de restriction des déplacements prononcées par le Royaume chérifien qui a interdit d’entrée sur son territoire les voyageurs en provenance d’Afrique du Sud, pays berceau d’un des variants du Covid-19.

Du côté des Amakhosi, on se plaint d’un gros manque d’informations. «En raison du retard dans la délivrance des visas pour le Maroc et du manque de communication de la Fédération marocaine de football (FRMF) et des autorités (…), le club n’a pas eu d’autre choix que de reporter son voyage à demain, en attendant la résolution de la question et la coopération de toutes les parties concernées. Les Kaizer Chiefs peuvent confirmer que le club a rempli toutes les conditions requises pour le voyage, y compris toutes les exigences du protocole Covid-19. (…) Nous continuerons à collaborer avec la SAFA (Fédération sud-africaine de football) et l’ambassade d’Afrique du Sud au Maroc pour essayer de saisir la CAF afin de résoudre le problème», a écrit le club de Soweto sur Facebook.

Le Maroc s’en remet à la CAF

De son côté, la FRMF a réagi à travers un communiqué en annonçant qu’elle a «adressé une correspondance à la Commission des compétitions au sein de la Confédération Africaine de Football (CAF) l’informant du refus des autorités marocaines d’autoriser la tenue du match WAC-Kaizer Chiefs (…) pour des raisons sanitaires liées aux dernières évolutions de la pandémie de la COVID-19. Dans cette correspondance, la FRMF sollicite le report de la tenue de cette rencontre ou sa reprogrammation dans un autre pays.»

Les deux clubs veulent à tout prix éviter la défaite sur tapis vert puisque le règlement de la CAF n’est pas clair à ce sujet. «Dans le cas où une équipe ne peut se rendre sur le lieu du match à cause des restrictions de voyage ou autres restrictions liées à la COVID-19, alors cette équipe sera considérée comme ayant perdu le match 2-0», stipule un point du règlement, ce qui signifierait que les Kaizer Chiefs seraient sanctionnés si aucune alternative n’est trouvée.

Sauf que le point suivant du même règlement place plus logiquement la responsabilité sur le club hôte, en l’occurrence le WAC, et indique que, «si une équipe hôte ne peut pas organiser le match ou ne peut pas recevoir une autre équipe pour absence d’une autorisation gouvernementale ; cette équipe sera considérée comme ayant perdu le match 2-0». Face à ce flou, l’instance continentale va devoir se prononcer au plus vite…