Maroc : Regragui a parlé trop vite…

Samedi, le Maroc a tenu la Côte d’Ivoire en échec (1-1) à Abidjan. Un score plutôt flatteur, alors que les Lions de l’Atlas ont été copieusement dominés durant la quasi-totalité de la rencontre. En conférence de presse d’après-match, le sélectionneur Walid Regragui a livré son autocritique.

Décidément, le Maroc a du mal contre les sélections africaines. Samedi 14 octobre, les Rouges et Verts ont rendu une pâle copie devant les Éléphants de la Côte d’Ivoire, hôtes de la prochaine CAN 2023. Renvoyée dans les cordes pendant plus de 80 minutes de jeu, la bande à Romain Saïss s’est est miraculeusement sortie avec un match nul inespéré.

Il s’agit de la troisième contre-performance post-Coupe du Monde de Walid Regragui et ses hommes en quatre matches face à une équipe africaine. En effet, avant leur triste copie au Felicia d’Abidjan, les Marocains avaient été accrochés par le Cap-Vert (0-0) le 12 juin à Rabat, puis défaits par l’Afrique du Sud (2-1) cinq jours plus tard à Johannesburg. Leur seule victoire a été obtenue face au Burkina Faso (1-0) en septembre, à Lens, en France.

Une dynamique qui fait mauvais genre après avoir terminé quatrième lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar. D’autant plus qu’après la demi-finale inédite, Walid Reagragui, porté par l’euphorique populaire, s’était donné comme objectif non négociable de remporter la CAN. Face aux journalistes, samedi soir au sortir du nul, l’ancien coach du Wydad Casablanca a avoué être redescendu de son nuage, au vu de la réalité du terrain.

Regragui présente ses excuses au peuple marocain

« J’ai fait une grosse bêtise après la Coupe du monde. J’étais parti avec le public, j’avais dit : ‘On peut tout gagner, si on n'est pas rois du continent, on ne peut pas être rois du monde'. Entre-temps, je suis redescendu un peu sur terre. Je pense que ça va être très difficile pour nous de gagner la CAN. On ne sera pas favoris. Les nations qui n’ont pas vécu le dernier Mondial me font plus peur que les autres. Mais nous, en Afrique subsaharienne, ça a toujours été compliqué pour le Maroc », a ainsi déclaré le technicien de 48 ans, avant de poursuivre avec un mix de lucidité et d’autodérision. « On a remporté une seule Coupe d’Afrique dans notre histoire (en 1976, ndlr). La dernière fois qu’on a fait une demi-finale, je crois que j’étais joueur, j’avais des cheveux. »

Puis de faire son mea culpa : « Je m’excuse auprès du peuple marocain parce que j’avais dit que je quitterais la sélection de moi-même si on ne faisait pas au minimum dernier carré. Je pense qu’aujourd’hui, il y a de meilleures équipes que le Maroc sur le continent. » Véritable rétropédalage ou également une stratégie en vue de se décharger de la pression à moins de trois mois du lancement de la CAN ? Chacun se fera son avis…

Maroc : Regragui a parlé trop vite…
Prudence Ahanogbe