Walid Regragui

Après les compliments des premières heures, le Maroc a ensuite eu droit aux critiques suite à sa qualification contre l’Espagne (0-0, 3-0 tab) mardi en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2022. A l’image du défenseur central polyvalent de la Roja, Rodri, certains médias ont en effet fustigé le plan selon eux trop défensif du sélectionneur des Lions de l’Atlas, Walid Regragui. A la veille du quart de finale face au Portugal, le technicien a répondu à ses détracteurs ce vendredi en conférence de presse.

«On a beaucoup couru contre l’Espagne. On m’a critiqué car j’ai laissé le ballon à l’Espagne. Personne ne peut prendre la possession à cette équipe. Je n’ai pas compris les critiques de la presse européenne sur la manière de jouer du Maroc», a admis l’ancien défenseur de Grenoble. «Ils auraient préféré qu’on prenne la balle et qu’on pleure à la fin peut être. Demain, nous jouerons de la même façon mais on ne laissera pas le ballon totalement. On a notre plan pour les mettre en difficulté.»

Et justement, ce plan fonctionne très bien jusqu’à présent malgré l’incertitude entourant la présence du cadre de la défense, Nayef Aguerd. «Nous verrons demain, s'il est apte à jouer ou non. S'il ne l'est pas, nous avons El Yamiq et Benoun prêts à intervenir», a rassuré Regragui.