Vahid Halilhodzic

La pression s’accentue sur Vahid Halilhodzic. Malgré la qualification pour la Coupe du monde 2022, le sélectionneur du Maroc est vivement contesté, notamment en raison de sa brouille avec Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui, qui refusent de revenir jouer en sélection sous ses ordres. Après avoir maintenu le flou au sujet de son avenir la semaine dernière, le président de la Fédération marocaine (FMRF), Fouzi Lekjaa, a envoyé un message encore plus clair au technicien mardi devant la presse à Salé.

«Ces joueurs, même s’ils ont fait des erreurs, on ne doit pas oublier qu’à l’origine, ils ont choisi l’équipe nationale», a d’abord rappelé le dirigeant. «Selon ma conviction, la porte de l’équipe nationale est ouverte à tous les joueurs marocains, peu importe le différend. Personne n’a le droit de priver un joueur marocain de la sélection nationale. C’est valable pour Ziyech, Mazraoui, Hamdallah et les autres. Et ce sujet ne prête à aucune discussion, que ce soit avec M. Vahid ou avec un autre.»

En marge de ce coup de pression, le patron du football marocain a tenu à calmer le jeu avec son coach. «Afin de lever tout malentendu, il n’y a aucun différend entre l’entraîneur Halilhodzic et moi, et toute décision officielle au sujet de son avenir sera publiée via les plateformes de communication officielles de la Fédération. Halilhodzic est l’entraîneur de l’équipe nationale et a un contrat avec la FRMF.» Actuellement en vacances, le technicien franco-bosnien doit rencontrer Lekjaa fin avril afin de dresser «une feuille de route claire pour une bonne préparation des compétitions à venir, en particulier les éliminatoires de la CAN et la Coupe du monde.» Inutile de préciser que cette réunion s’annonce déjà décisive…