Désormais considéré comme l’un des cadres de la sélection du Maroc, Hakim Ziyech n’a pas toujours été en odeur de sainteté sous les ordres du sélectionneur Hervé Renard. Avant que les deux hommes se réconcilient en juin 2017, le technicien s’était passé du milieu offensif de l’Ajax Amsterdam durant plusieurs mois, l’écartant notamment pour la CAN 2017. Avec le recul, Renard estime avoir eu entièrement tort, par manque de communication à ses débuts.

« Je suis nommé sélectionneur, je commence l’entraînement le lundi. On joue le samedi au Cap Vert, sur un terrain synthétique avec beaucoup de vent, un match typiquement africain dans les caractéristiques que je connais. Je mets Hakim dans les tribunes. On commence sur des bases difficiles. On joue le retour au Maroc trois jours après, il rentre 25 minutes. Mais il n’était certainement pas satisfait du stage dans son intégralité. Je commets là une erreur : je ne lui parle pas. Chacun part de son côté. La situation se crispe. Il revient, la troisième fois, il est un peu blessé… jusqu’à ce que je ne le sélectionne plus » , a d’abord expliqué le technicien français lundi soir dans l’émission Le Vestiaire sur RMC Sport.

« Cette erreur, j’en suis responsable à 99%. (…) Il n’y est pour rien. Il n’a jamais fait preuve de mauvais caractère, il n’a jamais mal réagi. Au contraire, il est resté impeccable, même s’il n’était bien sûr pas satisfait» , a souligné Renard avant d’évoquer sa réconciliation avec le joueur. «Passé un an, mon président m’a dit, ‘il faudrait qu’on aille le voir, vous voyez la saison qu’il fait’. J’ai dit ‘oui, sur ses qualités, il n’y a rien à dire, c’est ce qu’il nous faut’. On est partis à Amsterdam et au bout de trois minutes de conversation, tout était réglé. Lui avait envie de revenir, il est très attaché à son équipe nationale. Moi j’avais besoin de lui et j’ai reconnu mes erreurs. » Pour le plus grand bonheur des Lions de l’Atlas !