Hakim Ziyech, Walid Regragui, Maroc

L’ambiance est bonne au sein de la sélection du Maroc avant le huitième de finale de la Coupe du monde 2022 ce mardi contre l’Espagne (16h). La preuve avec cet extrait de l’entraînement de veille de match dans lequel on voit le sélectionneur Walid Regragui prendre part à un toro avec ses joueurs. A un moment donné, Hakim Ziyech inflige un petit pont à son coach, qui fait mine de s’énerver et tente de le poursuivre pour se venger en lui lançant le ballon. En vain…

Cette scène amusante illustre la relation qui unit le milieu offensif de Chelsea au technicien. En froid avec Vahid Halilhodzic et absent pendant un an en sélection, Ziyech a accepté de revenir suite au changement sur le banc, mais l’ancien talent de l’Ajax Amsterdam n’a pas été simple à convaincre, comme l’a expliqué Regragui.

“On est parti sur une ligne de conduite”

«Il y avait beaucoup de non-dits de sa part et beaucoup de fautes de la Fédération aussi, on ne va pas se mentir, en termes de communication avec lui. Hakim, c’est quelqu’un qui est très fier, qui a une personnalité et il fallait déjà aplanir les choses, lui redonner un peu de confiance et beaucoup discuter. J’en ai passé du temps au téléphone à lui parler avec de pouvoir me déplacer à Londres», a raconté le sélectionneur dans un entretien accordé ce mardi à beIN Sports.

«(L'enjeu, ndlr) Ce n’était pas d’essayer de le convaincre parce qu’il aime son pays et au fond je pense qu’il a toujours souhaité revenir. Mais il voulait savoir dans quelles conditions, il voulait me connaître aussi parce qu’il avait eu beaucoup de déceptions et de désillusions. A partir du moment où le discours a été clair avec lui, on est parti sur une ligne de conduite. Je lui ai dit qu’il sera important dans mon système mais qu’il faudra qu’il donne plus que ce j’ai vu moi avant en équipe nationale. Il l’a compris et ça se passe bien. (…) Avec lui, c’est clair, je n’ai pas eu de soucis avec lui sur le terrain ou en dehors. Il respecte ce qu’on s’est dit et moi je respecte ce qu’on s’est dit», a conclu Regragui, fier des excellentes performances de l’ex-banni durant ce Mondial.