Arrivé en France l’été dernier, Islam Slimani n’avait jusqu’à présent fait qu’étaler ses qualités de buteur et passeur et son sens du sacrifice au profit du collectif. Dimanche contre Bordeaux (défaite 2-1), l’attaquant de l’AS Monaco a laissé entrevoir une autre facette moins positive de sa personnalité, son tempérament sanguin, qui a débouché sur son expulsion puis des insultes envers l’arbitre. Il ne s’agit pas du premier craquage de la part du vainqueur de la CAN 2019 depuis son arrivée en Europe.

Sporting Portugal 2-1 Benfica, 21 novembre 2015

Auteur d’un coup de coude dans le dos de Samaris, l’Algérien n’a pas été sanctionné par l’arbitre à qui ce geste avait échappé. Le Benfica déposera un recours mais, au terme d’une procédure de plusieurs mois, le conseil de discipline de la Fédération portugaise décidera finalement de ne pas sanctionner le Fennec.

Newcastle 0-1 WBA, 28 avril 2018

Victime d’une légère poussette de Dawson sur corner, Slimani décide de se faire justice lui-même en infligeant un coup de pied à hauteur du genou de son adversaire. Ce geste lui vaudra 3 matchs de suspension.

Fenerbahçe 1-3 Ankaragücu, 28 octobre 2018

A cran après un penalty sifflé contre son équipe, l’attaquant s’est alors mis à invectiver et insulter l’arbitre, récoltant un carton rouge. Même après s’être vu signifier le chemin de la sortie, il a continué à interpeller vigoureusement l’officiel. Il s’en tirera avec un match de suspension.