OM : Foued Kadir, victime collatérale de la guéguerre Labrune-Rennes

En besoin urgent de temps de jeu à moins d'un an du Mondial 2014, Foued Kadir doit absolument quitter l'Olympique de Marseille, sous peine de disparaître définitivement des listes de Vahid Halilhodzic. Le milieu offensif de 30 ans a trouvé un point de chute : Rennes. Mais le club phocéen n'entend pas faire de cadeaux aux Rouges et Noirs, qui refusent de lui céder Romain Alessandrini. Pendant ce temps, Kadir paie les pots cassés…


Son amour pour l'Olympique de Marseille était tel qu'il lui a fallu du temps, et une non-convocation avec la sélection algérienne, pour qu'il envisage de quitter la Canebière. Abonné au banc depuis son arrivée dans son club de cœur en janvier dernier (5 titularisations seulement en Ligue 1 depuis), Foued Kadir ne peut pas rester une saison de plus dans les rangs du vice-champion de France s'il souhaite être du voyage au Mondial brésilien en juin prochain, en cas de qualification de l'Algérie.

Après qu'Elie Baup, l'entraîneur de l'OM, ait déclaré compter sur lui pour la saison 2013/14 et après qu'il ait lui même clamé son intention de s'imposer aux côtés des Dimitri Payet, André Ayew et autres Mathieu Valbuena, le Fennec s'est finalement résolu au départ. Bien aidé en cela par sa non-convocation avec l'Algérie, contre le Mali, pour la dernière journée des éliminatoires à la Coupe du monde 2014, en septembre.

Le cas Alessandrini

Alors qu'il était l'un des tout meilleurs joueurs de Ligue 1 lors de la première partie de saison dernière, avec VA (6 buts et 4 passes décisives), le Fennec est depuis tombé aux oubliettes. Pas au point toutefois de se trouver sans porte de sortie une fois la décision de partir entérinée. Si un prêt à Bastia a un temps tenu la corde, c'est au final sur le Stade Rennais que le milieu offensif de 29 ans a jeté son dévolu. Un bon choix… dans un premier temps. Le prêt de l'Algérien était en effet annoncé comme quasi-effectif samedi dernier.

Pourtant, quelques jours plus tard, l'ancien Valenciennois, qui a disputé 8 minutes cette saison avec l'OM, s'entraîne toujours au centre Robert Louis-Dreyfus. Et il semble que cela ne soit pas prêt de changer tant les positions des deux camps sont éloignées. Kadir paie en fait les pots cassés d'intérêts qui le dépassent. Au cœur du problème: le refus du Stade Rennais de lâcher Romain Alessandrini au club phocéen à moins de 10 millions d'euros.

Volte-face de l'OM

Une attitude qui a profondément déplu au président de l'OM, Vincent Labrune, qui désirait ardemment attirer le milieu offensif international français sur la Canebière. Le dirigeant olympien a décidé “de se venger” en mettant des bâtons dans les roues à un transfert du Fennec en Bretagne.

Alors que l'hypothèse d'un prêt était évoquée au départ, le vice-champion de France ne jure désormais que par un transfert définitif. Et pas à n'importe quel prix. Le club phocéen exige 3,5 millions d'euros pour céder un joueur acheté sept fois moins cher il y a six mois et qui n'a que peu joué depuis… Une somme que les dirigeants rennais ne sont pas prêts à débourser, s'en tenant à leur première offre de 1,5 million d'euros.

En attendant qu'un probable accord se dessine, une fois que l'un des deux protagonistes aura mis un coup de sifflet final à la guéguerre qui les oppose, Kadir ne joue pas et perd des points en vue d'une place en sélection algérienne en juin prochain.

OM : Foued Kadir, victime collatérale de la guéguerre Labrune-Rennes
Romain Lantheaume

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !