La finale aller de la Ligue des champions africaine opposera ce vendredi (à 22h en temps universel, soit minuit en France) le Wydad Casablanca à l’Espérance Tunis, voici 5 choses à savoir sur cette affiche.

Une finale de rêve. C’est simple, cette affiche va opposer les deux derniers vainqueurs de l’épreuve ! D’un côté, le WAC, sacré en 2017, et de l’autre, l’ES Tunis, tenante du titre. Pour l’EST, il s’agit de la 8e finale (3 sacres, 4 défaites), tandis que ce sera la 4e pour le WAC (2 sacres, une défaite). A noter que cette affiche n’aura pas lieu à Casablanca en raison des travaux du Complexe Sportif Mohammed V mais au stade Moulay Abdellah de Rabat, à 87 km au nord-est de Casablanca. Subi depuis plusieurs mois, ce déménagement n’a pas porté préjudice au WAC jusqu’à présent et de nombreux supporters sont attendus.

De la revanche dans l’air. Cette finale est un remake de l’édition 2011, remportée par l’EST face au WAC (0-0, 1-0), ce qui va forcément constituer un vecteur de motivation supplémentaire côté marocain. Néanmoins, c’est bien l’EST qui part favorite en raison de son statut de tenant du titre et de son parcours quasi-parfait jusqu’alors (8 victoires et 3 nuls cette saison en LDC contre 6 victoires, 3 nuls et 3 défaites pour le WAC). Les Sang et Or ont notamment éliminé le TP Mazembe au tour précédent.

Attention aux cartons. Les deux coachs devraient pouvoir s’appuyer sur des groupes au complet avec notamment les retours de l’attaquant Mohamed Ounajem et du latéral gauche Mohamed Nahiri côté WAC. Dans chaque camp, il faudra toutefois faire attention aux cartons puisque 5 joueurs marocains et 7 joueurs tunisiens sont sous la menace d’une suspension pour le retour programmé dans une semaine !

Le WAC peut-il tout perdre ? Alors que le titre de champion du Maroc lui semblait promis, le Wydad vient d’enchaîner 5 matchs sans victoire en championnat (3 nuls et 2 défaites). Du coup, le Raja Casablanca, 2e, a repris espoir en revenant à seulement 3 points de son voisin et rival à deux journées de la fin. Les coéquipiers d’Ismail Haddad vont devoir veiller à ne pas tout gâcher…

L’élève contre le maître. Cette affiche mettra aux prises deux entraîneurs tunisiens avec d’un côté le très expérimenté Faouzi Benzarti (WAC, 69 ans), considéré comme l’un des meilleurs coachs africains, et de l’autre Mouine Chaabani, âgé de seulement 37 ans et même pas né quand Benzarti a débuté sa carrière de coach ! Mais Chaabani a largement fait ses preuves en conduisant l’EST au sacre la saison passée. Une compétition que Benzarti a également remporté en 1994 sur le banc de… l’Espérance Tunis !