Algérie : la menace de Belmadi !

Nouvel épisode dans le feuilleton opposant Djamel Belmadi et la Fédération algérienne de football (FAF).

Voilà qui va encore un peu plus corser le micmac autour du départ de Djamel Belmadi. Suite à l’élimination prématurée des Fennecs au premier tour de la CAN 2023 remportée dimanche par le pays hôte la Côte d’Ivoire, Walid Sadi, le président de la FAF, avait officiellement communiqué la démission du technicien de 47 ans.

Sauf que le vainqueur de la CAN 2019 n'a pas apprécié cette façon de faire, et il a fait machine arrière, refusant de démissionner et réclamant une indemnité de départ équivalent à la durée initiale de son contrat expirant en 2026, soit 7,5 millions d’euros. Mais le patron du football algérien n’a consenti qu’à lui verser trois mois d’émoluments. Après une réunion houleuse conclue par un désaccord, l'entraîneur avait demandé un temps de réflexion.

L'ultimatum de Belmadi

Sauf que le temps a passé et que Belmadi n'a visiblement pas bougé de sa position de départ. Selon les informations rapportées par DZfoot, qui cite le média qatarien WinWin, l’ancien milieu de l’OM souhaiterait toujours que la FAF lui soumette une nouvelle proposition d'indemnisation. Mais ce n’est pas tout : le technicien aurait pris le taureau par les cornes et soumis un ultimatum de huit jours à la FAF. Passé ce délai, le natif de Champigny-sur-Marne a l’intention de porter l'affaire devant la FIFA. Plus qu'une histoire d'argent, Belmadi en ferait une affaire personnelle avec Sadi.

Pour rappel, la FAF a de son côté tourné la page et constitué une commission ad hoc en vue de communiquer d’ici à jeudi ses conclusions sur le potentiel successeur de Belmadi. Selon la dernière tendance, l’entraineur portugais Carlos Queiroz serait le favori, après que la piste menant à Vahid Halilhodzic a pris un coup de froid.

Algérie : la menace de Belmadi !
Prudence Ahanogbe