Algérie-Tanzanie : une nouvelle polémique éclate avec Amrouche

Ce jeudi, se dispute la dernière journée des qualifications pour la CAN 2023 dans le groupe F entre l’Algérie, déjà qualifiée, et la Tanzanie, 2e et en ballotage favorable, à Annaba. L’occasion pour le sélectionneur des Taifa Stars, l’Algérien Adel Amrouche, de faire son retour au pays, et surtout de retrouver son compatriote et homologue des Fennecs Djamel Belmadi, dont il garde « une très mauvaise expérience »

A la veille de la rencontre, une nouvelle polémique entre Adel Amrouche et son pays a d'ailleurs éclaté puisque le sélectionneur de la Tanzanie, qui joue sa qualification, a dénoncé les conditions d'accueil des Taifa Stars depuis leur arrivée en Algérie. « C’est honteux, parce qu’on s’est retrouvé  livrés à nous mêmes pendant 8 heures aux frontières. Le bus qui devait nous ramener à Annaba n’était pas là à temps. Le secrétaire général (de la Fédération algérienne de football, FAF, ndlr) ne répond pas au téléphone. C’est le cas aussi pour son suppléant. La FAF n’a pas respecté ses engagements », a dénoncé le technicien devant les médias locaux.

La dernière confrontation en Algérie entre Amrouche et les Fennecs avait déjà laissé des traces. Le 29 mars 2020, alors qu’il était en charge de la sélection du Botswana (août 2019-mai 2022), le technicien  s’inclinait lourdement avec les Zèbres à Blida sur une gifle 5-0 des Fennecs. C’était lors de… la dernière journée des éliminatoires pour la CAN 2021. Plus que la manita, c’est l’attitude jugée non fair-play de Belmadi qui avait déplu à l’ex-coach du MC Alger.

Ça sent le soufre entre Belmadi et Amrouche…

« Belmadi ? Arrogant lors du match face au Botswana. J’ai eu une très mauvaise expérience et ça n’avait pas de rapport avec le résultat du match. Il a monté le public algérien contre moi en leur disant que j’avais demandé aux joueurs d’utiliser des mauvaises méthodes, alors que ce n’est pas vrai. Ce n’est pas quelqu’un d’amical. Il ne m’a pas respecté, ni moi, ni la sélection du Botswana », révélait dans ce sens l’ex-sélectionneur du Burundi et du Kenya, en début d'année après avoir pris les rênes de l’équipe de Tanzanie (nommé en mars dernier à la suite du Danois Kim Poulsen).

Deuxièmes à 8 points derrière l’Algérie et 3 devant le 3e Ouganda, les Kilimanjaro Stars n’ont besoin que d’un match nul pour se qualifier. Mais, une lourde défaite conjuguée à une victoire écrasante des Cranes sur le Niger dans l’autre rencontre du groupe les condamnerait à l’élimination. Autant dire que l’opposition au stade 19-Mai-1956 sent le soufre.

Algérie-Tanzanie : une nouvelle polémique éclate avec Amrouche
Prudence Ahanogbe