Algérie : Belmadi peste après l’arbitrage “vicieux”

Jeudi soir, à l’occasion de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2023, l’Algérie a été tenue en échec sur la pelouse du Stade 19-Mai-1956 d’Annaba par une opiniâtre équipe de Tanzanie (0-0) qualifiée au coup de sifflet final. Après ce match assez terne, le sélectionneur Djamel Belmadi a pointé du doigt plusieurs responsables en conférence de presse…

Les retrouvailles avec son compatriote et homologue des Taifa Stars, Adel Amrouche, lui laisseront un mauvais arrière-goût. En quête d’une victoire pour réaliser le sans-faute et préparer au mieux le choc de mardi prochain contre le Sénégal à Diamniadio – les Fennecs étant déjà qualifiés –, Djamel Belmadi a buté sur la formation tanzanienne, clairement venue pour défendre. En conférence de presse d’après-match, le technicien de 47 ans a pointé du doigt la qualité du terrain et poussé une série de coups de gueule. Adversaires, arbitres, Fédération algérienne de football (FAF), ministère des Sports… tout le monde en a pris pour son grade.

« On n’est pas surhumains »

« Pour faire un bon match, il faut de bonnes conditions de jeu. Je parle du terrain. (…) Il faut une bonne surface. Ça se voit tout de suite. Il faut que l’arbitrage soit un minimum juste. Et l’équipe (la Tanzanie, ndlr)… Je ne parle pas de leur équipe, ils jouent comme ils ont envie de jouer. (…) Mais on sait que ça rend les choses difficiles, une équipe qui joue très regroupée, très bas. Si en plus de ça, on rajoute un terrain dans cet état, un arbitrage archi-vicieux… On n’est pas surhumains », a-t-il dézingué avant de poursuivre.

Belmadi repris de volée par les supporters

« L’équipe nationale appartient à toute l’Algérie. Elle appartient à tous les Algériens et à tous les décideurs. Elle implique la Fédération (FAF, ndlr), le ministère (des Sports, ndlr), tout le monde. (…) On doit protéger cette équipe. Est-ce qu’aujourd’hui, elle a été protégée ? Vous avez tout vu encore ce soir. Il y a des fois, on est à la limite de l'impossibilité, quand je vois tous ces jeunes joueurs avec beaucoup d’envie, très agréables à voir jouer. Des Bouanani, des Chaïbi, Kadri, Aït-Nouri (…) Et on vient leur donner une surface comme ça ? Et des arbitres qui les agressent. J’ai plus les mots, ça me dépasse. Je ne suis pas responsable. »

Des excuses qui ne passent pas chez les supporters qui l’ont repris de volée sur les réseaux sociaux. « L'adversaire cherchait le point du match nul pour se qualifier. Les Tanzaniens ne vont pas ouvrir le jeu pour nos beaux yeux ! », « Ce qui est gênant ici est qu'il confirme qu'il n'a pas travaillé correctement le match. Il savait PERTINEMMENT que la Tanzanie c'est pas le football total et l'attaque à tout va, ils vont forcément jouer regrouper, donc coach c'est à toi de trouver les solutions », peut-on lire en commentaires.

Algérie : Belmadi peste après l’arbitrage “vicieux”
Prudence Ahanogbe