Ghana : clap de fin pour Asamoah Gyan ! (officiel)

La légende ghanéenne Asamoah Gyan a annoncé la fin de sa carrière professionnelle ce mardi à l'âge de 37 ans.

« Il est temps de raccrocher le maillot et les crampons dans la gloire », a annoncé, mardi 20 juin, via communiqué le désormais ex-avant-centre ghanéen sur son compte Twitter officiel. « Je mettrai mon expérience et mes connaissances à profit dans le domaine du coaching, des affaires du football et du recrutement », a ajouté celui qui a obtenu sa Licence B d’entraineur de l’UEFA en novembre 2022. Le joueur passé par Italie, la France et l’Angleterre était sans club depuis un an et demi, et son retour au Ghana. Meilleur buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde avec six réalisations en trois participations (1 en 2006, 3 en 2010, 2 en 2014), ex-joueur le plus capé et recordman de buts avec les Black Stars du Ghana (109 sélections, 51 buts), Asamoah Gyan a marqué l'histoire de sa sélection avec ses buts mais aussi son loupé mémorable au Mondial 2010, puis son coup de sang et sa volte-face en 2019, sur fond de batailles d’égo.

Le penalty raté à la Coupe du monde

Si une image lui collera sans doute pour toujours à la peau, c’est celle du penalty raté en quarts de finale de la Coupe du Monde 2010. Alors qu’il avait une occasion en or d’éliminer l’Uruguay de Luis Suarez, expulsé pour une main volontaire dans la surface de réparation (120e), et de changer le destin du Ghana qui deviendrait alors la première sélection africaine à accéder aux demi-finales du tournoi, Asamoah Gyan a expédié le cuir sur la balle transversale. La suite est pour la postérité : les Black Stars perdront l’épreuve fatidique des tirs aux buts et quitteront amèrement la compétition (1-1, 2-4 ap. t.a.b.). Une douloureuse élimination qui lui avait valu des menaces de mort…

Parti de la sélection…

Après le psychodrame du Mondial, le double finaliste de la CAN (2010, 2015) et joueur africain de l'année 2010 a provoqué un séisme en sélection en 2019, à un mois du début de la CAN en Egypte, en décidant de prendre sa retraite internationale. Ceci en réaction à la décision du sélectionneur Kwesi Appiah de lui ôter le brassard de capitaine pour confier le tissu à André Ayew. Décision que le finaliste de la Coupe de France 2009 avec le Stade Rennais avait pris comme un affront. « Après avoir consulté ma famille et mon team… si la décision du sélectionneur est de confier le capitanat pendant le tournoi à un autre joueur alors que j'ai été retenu, je désire me retirer. (…) Je désire aussi me retirer de l'équipe nationale définitivement », avait-il ruminé sur Twitter le 20 mai, avant de poursuivre : « Je ne me souviens pas d'une époque où les capitaines faisaient partie de l'équipe lors d'un tournoi et devaient céder leur brassard de capitaine à d'autres. »

…pour rester sur intercession du Président Akufo-Addo

Alors que l’équipe était au bord de l’implosion, le chef de l’État Nana Akufo-Addo prit les choses en mains et appela le capitaine déchu afin de le faire revenir sur sa décision. Une manœuvre couronnée de succès puisque 48 heures plus tard, le joueur qui était en fin de contrat à Kayserispor a décidé de renouer avec la sélection. « Une demande présidentielle ne peut être ignorée. J’ai accepté la requête de son excellence Nana Addo Dankwa Akufo Addo de bonne foi et me rend disponible pour le coach Kwesi Appiah. Mon désir d’aider le Ghana à mettre fin à la série de 30 ans sans victoire à la CAN est toujours aussi fort », avait-il publié sur ses réseaux sociaux le 22 mai 2019. Dans la foulée, il avait été gratifié du titre honorifique de « capitaine général » dont les prérogatives n’ont jamais été dévoilées au grand public.

Tout ça pour ça…

Pour autant, le Ghana n’a pas réussi à glaner le trophée de la CAN qui lui échappait depuis 30 ans (34 ans à ce jour). Bien qu’ayant terminé premier de son groupe après deux matches nuls contre le Bénin (2-2) et le Cameroun (0-0), et une victoire lors de la dernière journée face à la Guinée Bissau (0-2), les Black Stars se sont arrêtés au stade des huitièmes de finale, après une défaite devant la Tunisie (1-1, 4-5 ap. t.a.b). Gyan, dont le statut en sélection était érodé depuis deux ans, se contentera de 48 petites minutes de jeu durant le tournoi.

Après trois championnats des Émirats Arabes Unis remportés avec Al-Ain (2012, 2013 et 2015) et des périples en Chine, Indte et Turquie, l'attaquant est rentré dans son Ghana natal en 2020 et a entamé un parcours d’entraineur. En près de 20 ans de carrière (2003-2023), il a marqué 253 buts en 493 matches.

La carrière de Gyan en club :

  • 2003 : Liberty Professionals (Ghana)
  • 2004-2008 : Udinese (Italie)
  • 2004-2006 : Modène FC (Italie)
  • 2008-2010 : Stade rennais (France)
  • 2010-2011 : Sunderland (Angleterre)
  • 2012-2015 : Al-Ain (Emirats)
  • 2015-2017 : Shanghai SIPG (Chine)
  • 2016-2017 : Al-Ahli (Emirats)
  • 2017-2019 : Kayserispor (Turquie)
  • 2019-2020 : NorthEast United FC (Inde)
  • 2020-2021 : Legon Cities (Ghana)
Ghana : clap de fin pour Asamoah Gyan ! (officiel)
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.