okocha_3.jpg

Le Nigérian est sans conteste l’un des footballeurs les plus doués de sa génération. Adulé par tout un pays et idole d’un continent, il est parvenu, grâce à ses grigris, à emmener son pays au sommet mondial et à faire le bonheur de ses supporters et des amateurs de football. Portrait d’un artiste du ballon rond.


Augustine « Jay-Jay » Okocha est né le 14 aout 1973 à Enugu au Nigeria. Dès son plus jeune âge, dans son quartier, le petit Augustine est passionné par le football et joue pendant des heures. De cette passion, le jeune Okocha va en faire un métier et ainsi devenir une icône du football mondial.

Parcours d’un globe-trotter

Cette passion pour le football le conduit a faire ces gammes au Enugu Rangers International Football Club. Mais c’est en Europe que le Nigérian explose. Le milieu de terrain offensif y débarque à l’été 1992 et plus précisément en Allemagne dans le club de l’Eintracht Francfort. En Bundesliga, le Nigérian va s’inscrire dans la durée puisqu’il va effectuer quatre saisons pleines, durant lesquelles il disputa 90 matches de championnat pour 17 buts inscrits, plus 14 matches en Coupe d’Europe pour 2 but inscrits.

A l’été 1996, il quitte l’Allemagne. Direction la Turquie et le club stambouliote de Fenerbahçe. Là-bas, le milieu offensif va faire admirer sa formidable technique, ses gris-gris et son sens du jeu. Grâce à ses qualités, il va devenir l’un des chouchou des supporters de Fenerbahçe et son rendement va s’en ressentir puisqu’il inscrit la bagatelle de 30 buts en 63 matches de championnat. En 1998, fort d’une renommée grandissante, il rejoint le PSG pour la modique somme de 102 MF soit 15 million d’euros (record de l’époque pour un transfert en France).

Dans le club de la capitale, Jay-Jay va connaitre le haut niveau et va marquer les esprits. Dès son premier match officiel sous les couleurs parisiennes, face à Bordeaux, il inscrit un but d’anthologie: une frappe superbe de plus de 35 mètres qui va se loger dans la lucarne du gardien girondin. Par la suite, il va connaitre des hauts et des bas au Paris Saint-Germain, notamment dus à des blessures récurrentes et de multiples changements d’entraineurs. Il va néanmoins aller au bout de son bail de 4 ans avec un bilan plutôt positif de 12 buts en 84 matches de championnat et 2 buts en 11 matches de Coupes d’Europe.

En 2002-2003, Okocha quitte le club parisien et s’engage alors avec les Bolton Wanderers. En Angleterre, Okocha va découvrir un championnat plus engagé. Cependant, grâce à ses qualités techniques, l’artiste nigérian va s’adapter très rapidement et va jouer quatre saisons à Bolton (14 buts en 124 matches de Premier League). En 2006-2007, son contrat arrivant à son terme, il quitte l’Europe et s’expatrie au Qatar et il rejoint le Qatar SC. Il effectuera une saison dans laquelle il joua 41 matches pour 6 buts. A 34 ans et à la recherche d’un ultime défi, il effectue un comeback en Angleterre avec l’équipe de Hull City en Coca Cola Championship (deuxième division anglaise). Il apporte sa contribution au club en participant a 18 matches et aide le club à monter en Premier League.

Une brillante carrière internationale

Les performances de Okocha en club l’amène vite a être sélectionné en équipe nationale du Nigéria. Il intègre la sélection en 1993 et n’en sortira plus jusqu’en 2006. Il fait partie de la génération dorée des Super Eagles, en compagnie de Nwankwo Kanu. En 1994, ils remportent la Coupe d’Afrique des nations en Tunisie, en battant la Zambie sur le score de 2 à 1. Cette même année, ils se qualifient pour la première fois de leur histoire à la phase finale de la Coupe du monde aux Etats-Unis.

Sous l’impulsion de Okocha, le Nigeria atteint les huitièmes de finale du Mondial américain, éliminé, après prolongations, par l’Italie de Roberto Baggio. Médaille d’or aux JO d’Atlanta en 1996, le Super Ealge éclate en 1998 en France, étalant aux yeux du monde sa classe et son aisance technique.

okocha_3.jpgDurant ce tournoi, Okocha va être surnommé « Jay-Jay » grâce à un geste technique qui consiste à faire une roulette du pied droit, feinte de roulette du pied gauche enchaînée à une feinte de corps pour éliminer l’adversaire direct. Ce geste est entré dans les annales du football. Deux ans plus tard, en 2000, le Nigeria d’Okocha atteint la finale de la Coupe d’Afrique des nation sur ses terres. Mais, malheureusement pour Okocha, son équipe est défaite aux tirs aux but par le Cameroun. En 2002 et 2004, il échoue une nouvelle fois en terminant troisième de l’épreuve continentale.

La carrière internationale d’Augustine « Jay-Jay » Okocha prend fin en 2006. De ce joueur, on retiendra une fabuleuse technique et un véritable don pour ce sport qui lui on permit, en compagnie de ses compatriotes nigérians issu d’une génération incroyable, de faire rayonner le football nigérian et africain dans le monde. Okocha compte 75 sélections et 14 buts avec le Nigeria entre 1993 et 2006.

Jay Jay a fait ses adieux au ballon rond en juin 2008 devant 20 000 de ses compatriotes, au Nigeria, à l’occasion de son jubilé, organisé au Warri Township Stadium. Joseph Yobo, El-Hadji Diouf, Benjani ou Nwankwo Kanu étaient venus participer à la fête avec l’ancien milieu de terrain du Paris SG aujourd’hui âgé de 36 ans.