Alors que son transfert au Beijing Guoan n’a toujours pas été officialisé, Cédric Bakambu ne s’en fait pas. De passage en France, l’attaquant international congolais a commenté sa situation.


Le 17 janvier, Villarreal annonçait la levée de la clause libératoire de 40 millions d’euros de son attaquant, Cédric Bakambu (26 ans). Dans la foulée, l’international congolais devait s’engager en faveur du Beijing Guoan. Sauf que la transaction n’a toujours pas été officialisée. Mais pas de quoi inquiéter l’international congolais.

« J’ai déjà vécu des complications dans mes transferts, et cela n’en est pas une. C’est juste une histoire de timing. J’attends qu’il y ait l’officialisation du transfert« , a relativisé l’ancien Sochalien auprès de l’AFP. « Ils ne voulaient pas que cela se fasse un petit peu en cachette au Portugal (où le club est en stage, ndlr), à huis clos dans un hôtel qu’ils avaient privatisé. Ils préfèrent faire (l’officialisation) directement à Pékin avec la presse chinoise, les supporters chinois, c’est pour ça que ça tarde un petit peu. Après, je ne sais pas ce qu’il y a derrière, je ne pourrais pas entrer dans les détails. »

18 M€ brut par an

Si l’officialisation tarde, il se murmure que c’est parce que Beijing tente de trouver un moyen pour contourner la taxe sur les transferts de joueurs étrangers en vigueur en Chine et qui contraindrait le club à payer au total 74 M€ pour sa recrue. « Cette histoire (de taxe), je l’ai apprise dans les médias. Mais après, cela ne me regarde pas trop, l’argent ce n’est pas le mien, il ne va pas dans ma poche. Ce qui m’intéresse, c’est mon contrat et ma situation. De mon côté, je n’ai pas d’inquiétudes, je sais que j’ai obtenu certaines garanties financières et c’est pour ça que je ne m’en fais pas à l’heure actuelle« , conclut le buteur qui espère que son transfert soit officialisé « en début de semaine prochaine« .

A seulement 26 ans, Bakambu assume d’avoir effectué un choix financer, même si cette décision discutable a divisé jusque dans sa famille. « C’était compliqué de dire non, je ne vais pas vous mentir. J’ai mes raisons, c’est un choix mûrement réfléchi et si c’était à refaire, je reprendrai la même décision« , a assuré le buteur au micro de SFR Sports. « Ça a créé la polémique dans ma famille. Des membres n’étaient pas d’accord, ils ont posé leurs arguments, j’ai posé les miens et au final j’ai tranché et j’ai pris ma décision. » Le transfuge de Villarreal va toucher 18 millions d’euros brut par an en Chine où il espère être heureux. « Je me suis renseigné sur le club mais sur la vie à Pékin pas du tout. Je suis un amoureux du risque, je n’ai pas peur de voyager ! » Niveau péripéties, le natif d’Ivry-sur-Seine est déjà servi !