Coup d’envoi du groupe G ce vendredi (20H GMT) au stade Senghor de Dakar avec la rencontre opposant le Sénégal, qui renoue avec sa mythique enceinte, à l’Egypte. Retrouvez les principales informations avant le coup d’envoi du match.



 Les Lions de la Teranga retrouvent le stade Senghor

Depuis octobre 2012 et les incidents qui ont émaillé la rencontre des éliminatoires de la CAN 2013 face à la Côte d’Ivoire, la sélection du Sénégal est sans domicile puisque la CAF a prononcé la suspension pour un an du stade Léopold Sedar Senghor de Dakar, seul enceinte du pays répondant aux normes internationales.

Mais depuis août dernier, et la visite d’une délégation de la CAF, tout cela est de l’histoire ancienne et les Lions de la Teranga vont pouvoir renouer avec leur antre préféré ce vendredi. Les retrouvailles sont accueillies d’un bon oeil par Alain Giresse, le sélectionneur du Sénégal. « Il faut les prendre comme une chance, un atout qu’on n’a pas eu lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014« , souligne le technicien français sur le site de la CAF. « Le Sénégal va jouer un match important devant son public, ce n’est pas arrivé depuis longtemps. Je suis sûr que si les joueurs sentent le public derrière eux, ils vont tout donner pour la victoire« .

 Le Sénégal sans Demba Ba, P. Cissé ni Diafra Sakho

Contre les Pharaons, le Sénégal sera privé d’une partie de sa force de frappe offensive. Blessé, Demba Ba (Besiktas) a été contraint de déclarer forfait alors que Papiss Cissé, en phase de reprise, et Diafra Sakho, récemment transféré à West Ham, n’ont pas été convoqués. Même après le forfait de Demba Ba, Alain Giresse a préféré faire appel au local Sangoné Sarr (AS Pikine). Mais avec Moussa Sow, Sadio Mané, Moussa Konaté, ou encore Mame Biram Diouf, auteur d’un but génial contre Manchester City samedi dernier (1-0), les Lions de la Teranga disposent encore de beaux atouts.

 Les compositions de départ :

Sénégal : Coundoul – Djilobodji, Mbodj, Sané, Souaré – Kouyaté, Badji, Gueye – Sadio Mané, Mame Diouf, N’Doye.

Egypte : Ekramy – Fathi, Okka, El-Said, Ghazal, Elmohamady – El-Nenny, Ghaly – Hamoudi, Mohamed Salah, Kamar.

 La stat

Pharaons et Lions de la Teranga ont déjà croisé le faire à six reprises en matches officiels de la CAF, avec un bilan de trois victoires pour l’Egypte, deux pour le Sénégal et un nul. En 1997, les deux sélections étaient déjà tombées dans le même groupe éliminatoire pour la CAN 1998. Le Sénégal avait été accroché à Dakar (0-0) avant de s’incliner 2-0 en Egypte. En phase finale de la CAN, les Lions et l’Egypte se sont affrontés quatre fois pour deux victoires de chaque côté. La dernière confrontation remonte à 2006. En demi-finale, les Pharaons avaient sorti les coéquipiers de Mamadou Niang, buteur, 2-1.

 Ils l’ont dit :

Moussa Sow (attaquant du Sénégal) : « Ce match ne sera pas un cadeau. Nous allons avoir en face de nous une grande équipe, le meilleur palmarès en Afrique. »

Dame Ndoye (attaquant du Sénégal) : « L’Egypte reste une grande nation de football et une référence. Même si elle n’a pas pris part aux deux dernières CAN, elle reste une équipe à respecter. Mais cela ne veut pas dire que nous allons les craindre« .

Shawky Gharib (sélectionneur de l’Égypte) : « Notre groupe représente une équation difficile et nous devons commencer sur une note positive. Nous respectons le Sénégal, la Tunisie et le Botswana de la même façon, mais notre objectif est de nous qualifier pour le tournoi final au Maroc. L’Egypte a raté les deux dernières éditions ; cela ne correspond ni à notre nom, ni à notre réputation.«