CAN U17 : le programme du jour (jeudi 11 mai)

En cette belle journée printanière, deux matchs seront particulièrement scrutés sur le continent africain. Il s'agit bien entendu des deux derniers quarts de finale de la CAN des moins de 17 ans, qui opposent donc le Mali au Congo et le Nigéria au Burkina Faso ce jeudi.

Le dénouement de la Coupe d'Afrique des Nations U17 se rapproche à grands pas. La finale de cette 15ème édition, qui se déroule en Algérie, aura en effet lieu dans moins de dix jours, le 19 mai pour être plus précis. Elle se déroulera dans la prestigieuse enceinte de Baraki : le Stade Nelson-Mandela, qui compte plus de 40 000 places. Mais en attendant de savoir qui soulèvera le trophée tant convoité par les futurs stars du football africain, place aux quarts de finale. La rencontre de fin d'après-midi entre les Maliens et les Congolais fera office de mise en bouche avant le match du soir qui opposera les Golden Eagles du Nigeria aux Etalons du Burkina Faso.

Mali-Congo

Les jeunes Maliens ont démarré leur compétition sur les chapeaux de roues. Vainqueurs du Burkina Faso (1-0) lors du premier match, ils ont récidivé (et de quelle manière !) en s'imposant 2 buts à 1 face au Cameroun, qui avait remporté l'édition précédente en 2019. Et puis, plus rien. les Aiglonnets, vainqueurs du tournoi en 2015 et 2017,  n'ont pas eu le droit au “match des coiffeurs” puisque leur poule ne le permettait pas. En effet, suite à la disqualification du Soudan du Sud, il a été décidé que seules trois équipes composeraient le groupe C. Mais qu'importe, les poulains de Soumaila Coulibaly, arrivés en tête de leur poule, sont qualifiés et c'est bien là l'essentiel.

Du côté du Congo, on ne bombe pas spécialement le torse avec cette troisième place du groupe A. Les jeunes Diablotins Rouges n'ont en effet pas remporté le moindre match, se contentant de deux nuls face à la Somalie (1-1) et aux Fennecs (1-1) et d'une défaite contre les Lionceaux du Sénégal (1-0). Mais ils ont le mérite d'avoir accroché le pays hôte, l'Algérie, et de n'avoir rien lâché tout au long du tournoi. Peu prolifiques devant (2 buts en 3 matchs), leur défense n'est pas non plus ce qui se fait de pire (1 but encaissé par match en moyenne). Contre le Mali, ils ne feront pas figure de favoris, mais ils se donneront à 100 % pour tenter de créer la surprise. Et ainsi pourquoi de rêver d'égaler voire de dépasser leurs aînés, qui avait réussi à accrocher une honorable 3ème place lors de l'édition 2011. Le vainqueur de cette affiche défiera le Maroc en demi-finales.

Nigeria-Burkina Faso

Le Nigeria, second du groupe B derrière les Lionceaux de l'Atlas, a l'habitude de performer dans les catégories de jeunes. Cinq fois vainqueurs de la Coupe du monde U17 et double victorieux de la CAN, leur historique parle pour eux. Les stars de l'équipe A d'aujourd'hui (Victor Osimhen, Samuel Chukwueze ou le capitaine Wilfred Ndidi) ont tous fait leurs gammes dans les équipes juniors avant de briller avec les grands. Mais au moment d'aborder ce match, capital puisqu'il leur permettra en cas de victoire de participer au Mondial en fin d'année, les performances de leurs glorieux aînés ne leur octroieront pas de super pouvoirs.

Il faudra donc capituler sur ce qui a été positif durant ces phases de poules – les deux victoires contre la Zambie (1-0) et surtout l'Afrique du Sud (2-3) – pour tenter de faire déjouer le Burkina Faso, qui a été mi figue-mi raisin. Les Etalons, qui ne sont pas favoris pour ce match, se sont en effet inclinés d'entrée de jeu contre le Mali (1-0) avant de réaliser une très belle remontada face au tenant du titre camerounais (2-1). Ils ont terminé deuxièmes de leur groupe C à trois équipes. Le gagnant du match fera face au Sénégal en demi-finales.

Le programme de jeudi à la CAN U17

  • 17h, Mali-Congo, (Quart de finale 3), stade du 19-Mai 1956, Annaba.
  • 20h, Nigeria-Burkina Faso (Quart de finale 4), stade Nelson-Mandela, Baraki (Alger).

Match indiqué à l'heure locale; pour la France, ajoutez 1h.

CAN U17 : le programme du jour (jeudi 11 mai)
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.