Coupe du monde féminine : les qualifiés africains pour les 8es de finale

L'Afrique du Sud, le Nigeria et le Maroc permettront au continent africain de compter pour la première fois sur trois représentants à l'occasion des huitièmes de finale d'une Coupe du monde féminine. Zoom sur leur parcours dans ce Mondial, leur prochain adversaire et leur historique dans la phase à élimination directe.

L'Afrique du Sud, le Nigeria et le Maroc sont donc parvenus à s'extirper des phases de poules. Seule la Zambie, éliminée avec trois points au compteur, manque à l'appel. Mais le ratio des équipes africaines qualifiées pour la phase finale (75 %) reste tout de même excellent. Forcément une fierté pour le continent africain, pour qui cette performance témoigne de l'essor du football féminin. Dans cet article, nous allons nous pencher sur le parcours des trois nations qualifiées en analysant leurs performances lors des phases de poules, leurs prochains adversaires en huitièmes de finale et sans oublier de revenir sur leur histoire – lorsqu'elle existe – en phase finale.

Afrique du Sud : une première !

Il ne s'agit que de la seconde participation des Banyana Banyana en Coupe du monde. Les Sud-Africaines ont donc d'ores et déjà fait mieux qu'en 2019. En France, elles avaient en effet été éliminées dès le premier tour. Pour réussir à sortir de leur Groupe G, elles ont dû réussir à battre l'Italie (3-2) mercredi, après avoir pourtant mal démarré leur tournoi (défaite 2-1 contre la Suède et nul 2-2 vs l'Argentine). Secondes de leur poule G avec quatre points, les championnes d'Afrique en titre défieront les Pays-Bas en huitièmes de finale. Pas une mince affaire quand on sait que les Néerlandaises ont fini en tête de leur Groupe E avec 7 points et qu'elles sont vice-championnes du monde en titre.

Afrique du Sud, sélection féminine, Hildah Magaia
© Iconsport

Nigeria : au bon souvenir de 1999 ?

Après un nul encourageant face au Canada (0-0), les Super Falcons ont vaincu l'Australie (3-2), l'un des deux pays hôtes, avant de partager les points face à l'Irlande (0-0) lors de l'ultime rencontre des phases de poules pour valider leur billet. Au total, les Nigérianes ont donc accumulé 5 points dans le Groupe B. Elles finissent juste derrière les Socceroos, 6 points au compteur, qu'elles ont pourtant battues. En huitièmes de finale, elles croiseront le fer avec l'Angleterre, solide leader du Groupe D avec 9 points et qui avait notamment fini médaillé de bronze lors de l'édition 2015 mais surtout victorieuse du dernier Euro à domicile. Les Nigérianes, huitièmes de finaliste en 2019, tenteront au moins d'égaler leur performance de 1999, édition au cours de laquelle elles avaient atteint les quarts de finale. Il faudra pour cela s'extirper du piège britannique, ce qui ne sera pas une mince affaire.

Nigeria, Canada, Michelle Alozie, Coupe du monde féminine
© Iconsport

Maroc : le petit poucet devenu grand

Pour leur première fois en Coupe du monde, les troupes de Reynald Pedros ont fait fort ! Et pourtant, tout avait si mal démarré… L'entrée en lice cauchemardesque face à l'Allemagne (0-6) est désormais un lointain souvenir. En ayant pris le scalp de la Corée du Sud (1-0) puis de la Colombie (1-0), les Lionnes de l'Atlas ont assuré la seconde place du Groupe H avec six points, juste derrière la Colombie qui dispose d'une meilleure différence de but (+2 vs -4). En huitièmes de finale, elles retrouveront donc l'équipe de France. Une affiche particulièrement alléchante sur le papier ! Si les Françaises sont favorites, elles n'ont jamais fait mieux qu'un quart de finale en Coupe du monde. Qui des demi-finalistes du dernier Euro ou des finalistes de la dernière CAN décrochera son ticket pour les quarts de finale ? Réponse mardi prochain…

Les affiches des huitièmes de finale

  • Dimanche 6 août, Pays-Bas vs Afrique du Sud (Sydney), 2h GMT
  • Lundi 7 août, Angleterre vs Nigeria (Brisbane), 7h30 GMT.
  • Mardi 8 août, France vs Maroc (Adélaïde), 11h GMT.
Coupe du monde féminine : les qualifiés africains pour les 8es de finale
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.